×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Hôtellerie: Alain Grenn s’allie à un groupe indien

    Par L'Economiste | Edition N°:2366 Le 21/09/2006 | Partager

    . Il s’agit de la holding Leading Hotels of the World. Les travaux du mégaprojet de Tamesloht bien avancés . Les premiers lits prévus pour fin 2008 C’est une enseigne indienne très haut de gamme qui construira et gérera, en partenariat avec le groupe Alain Grenn, les trois unités hôtelières du projet Samanah Country, prévu à Tamesloht, dans la région de Marrakech. Mardi dernier, une convention de coentreprise (joint-venture) a été conclue entre le groupe français et la holding Leading Hotels of the World. C’est elle qui gère notamment le prestigieux Wan Aldwych Hotel à Londres. A Tamesloht, elle a planifié l’édification de deux hôtels hors catégorie et d’un 5 étoiles qui offriront au total 1.500 lits. La première des trois unités sera opérationnelle d’ici à fin 2008, de même que le parcours de golf appartenant à l’investisseur Grenn. Il s’agit d’un 18-trous signé Niclos Design, qui nécessitera quelque 18 mois de travaux. En attendant, le groupe français avance bien sur le plan commercial. Mardi dernier, il a réuni en grandes pompes ses partenaires et ses clients pour présenter l’état d’avancement des travaux. Les terrassements ont déjà été effectués et plus d’une centaine de villas ont été vendues sur plan. Les premières livraisons sont programmées pour 2008. Depuis la conclusion de la convention qu’il a conclue avec le gouvernement marocain en janvier 2006, le groupe Grenn a parcouru bien du chemin, et ce, malgré quantité de difficultés. Il est parvenu à monter son projet en un temps record (6 mois) pour un investissement de 2,5 milliards de dirhams, financé entres autres par la Banque Populaire. Mais il a du faire face aux habitants des 280 hectares - sur lesquels il va mettre en œuvre ce projet - et les indemniser à hauteur de 160.000 DH/ha, en sus de 400.000 dirhams l’hectare payés à l’Etat.Enfin, l’investisseur français a promis aussi de former et d’employer des habitants des douars avoisinants, Samanah Country Club devant créer quelque 1.500 emplois directs pour les trois années de chantier. Du reste, le promoteur s’est engagé à former des jeunes de la région dans les métiers du tourisme afin de les intégrer dans ses hôtels et résidences. Spécialisé dans la promotion immobilière, le groupe Alain Grenn a choisi Tamesloht, à 20 kilomètres de la Ville ocre, pour ce mégaprojet comprenant un golf, plusieurs hôtels, 144 appartements de grand luxe, 500 villas, des salles des congrès, un club pour enfants et un centre d’animation touristique. «Samanah Country, c’est le premier chantier d’une série de 20», indique Mounir Chraïbi, wali de Marrakech Tensift Haouz. Ce dernier promet par ailleurs un développement extraordinaire pour la région du Haouz à travers l’activité touristique. Un développement qui, selon le wali, cadre parfaitement avec le Plan Azur et tranquillise les amoureux de Marrakech craignant que son succès touristique ne dénature la ville.


    Tarifs

    En moins de 6 mois, déjà 100 promesses de vente conclues pour le projet Samanah Country! La plupart des acquéreurs sont des Français. A l’instar des autres promoteurs immobiliers, Samanah Country opte pour la formule de vente de villas sur plan, en proposant aux acheteurs une gestion des lieux à l’année. Samanah a fixé les prix de vente à 77 euros le m2 nu. Le prix de cession finale (terrain et villa) est 4,8 millions de dirhams pour 281 m2 par exemple. Dans le lot, des villas de 1.000 m2, dont le prix d’achat dépasse les 20 millions. Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc