×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Grave menace sur la production du miel

Par L'Economiste | Edition N°:3378 Le 07/10/2010 | Partager

. Près de 95% des ruches modernes confrontées à la disette . En cause, la présence dans le Gharb d’un nouveau ravageur d’eucalyptus ALERTE rouge sur le secteur apicole. La région du Gharb qui en concentre entre 60 et 70% de la production nationale du miel est directement concernée. C’est la flore mellifère d’eucalyptus qui risque de faire défaut durant plusieurs années. Le réseau de surveillance et de suivi de la santé des forêts de la zone du Nord Ouest, relevant du Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification, a décelé en juin 2009 dans la région de Kénitra, la présence d’un nouvel insecte qui attaque les feuilles des eucalyptus (cf. édition du 4 octobre; www.leconomiste.com). Il s’agit du psylle à gomme d’eucalyptus (qui doit son nom à la cire qu’il produit. Celle-ci ressemble à une gomme blanche secrétée sur les feuilles de l’arbre). Depuis, le ravageur s’est propagé à l’ensemble de la forêt qui s’étend sur l’axe Khemisset-Kénitra-Rabat. Actuellement, 60% des plantations ont été touchées en raison de la dimension et de la continuité des périmètres plantés avec cette essence et de la forte disposition de l’insecte à être transporté, principalement par le vent. Or, les produits spécifiques pour la maîtrise de ce ravageur sont inexistants. De ce fait, les efforts du Haut-commissariat aux eaux et forêts se sont orientés vers l’adoption d’un programme de lutte biologique. Programme mené en étroite collaboration avec l’Organisation mondiale de l’alimentation qui a mis en place une équipe d’experts pour accompagner le Maroc dans ses efforts de lutte. En attendant, le Gharb qui assure par année normale une production de miel estimée à 1.000 tonnes/an a vu sa production baisser de plus de 70%. La région compte près de 80.000 ruches modernes et 5.600 traditionnelles. Globalement, le Gharb concentre 55% des apiculteurs et 95% des ruches modernes. C’est la première région apicole du Maroc. Elle se distingue par la présence d’une flore mellifère abondante et diversifiée: forêt d’eucalyptus, plantations agrumicoles, tournesol et bersim. Outre le nouvel intrus, la région a souffert pour la deuxième année consécutive des effets combinés des inondations et de la canicule. Du coup, la récolte du mois de juin dernier issue des eucalyptus s’est révélée très faible: 5 à 8 kg de miel par ruche au lieu de 12,5 à 20. D’où la flambée des prix des produits issus des autres plantes. Déjà au niveau de l’exploitation apicole, ces prix sont négociés entre 70 et 80 DH/kg contre 40 à 50 DH. Prix, promis à l’augmentation puisque la récolte de la saison d’automne a été aussi en forte baisse.A. G.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc