×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Fusion Boeing-McDonnell: Airbus appelé à réagir

    Par L'Economiste | Edition N°:259 Le 19/12/1996 | Partager

    L'annonce de la fusion des constructeurs américains Boeing et McDonnell Douglas (MDD), respectivement numéros 1 et 3 mondiaux, est un coup dur pour Airbus. Le consortium européen a désormais en face de lui un mastodonte auquel il ne s'attendait pas. A l'heure où nous mettions sous presse, les partenaires d'Airbus n'avaient pas encore réagi aux restructurations américaines. D'un montant supérieur à 13 milliards de Dollars (1$= 8,89DH), la fusion entre les deux constructeurs américains devra être finalisée d'ici la mi-1997. Elle reste toutefois soumise à l'appro-bation des autorités antitrust américaines. Elle donnera naissance au premier groupe aéronautique civil et militaire avec 48 milliards de Dollars et 200.000 salariés. MDD deviendra une filiale de Boeing. La marque McDonnell conti-nuera de vivre notamment dans les contrats de défense. La nouvelle entité contrôlera près de 75% du marché mondial des avions civils. Entre 1990 et 1995, Boeing contrôlait près de 60% du marché mondial des avions civils, Airbus 20% et MDD 15%. Ce dernier reste cependant premier fournisseur aéronautique du Pentagone. «Cette fusion permettra de rassembler deux grands constructeurs avec des savoir-faire complémentaires», explique M. Phil Condit, PDG de Boeing qui devient le numéro un du nouveau groupe. Le patron de MDD, M. Harry Stonecipher, en sera le vice-président.

    Les deux partenaires ont souligné que cette fusion répond à leurs besoins respectifs de trouver un meilleur équilibre entre leurs activités militaires et civiles. Elle permettra aussi d'en-gendrer près d'un milliard de Dollars d'économies en terme de coût de développement notamment.
    L'union permet aussi de limiter le nombre d'intervenants aux appels d'offres importants. Déjà, au début du mois courant, Boeing avait annoncé qu'il allait confier à McDonnell des travaux d'ingénierie et de sous-traitance pour sa gamme de gros porteurs.

    Badra BERRESSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc