×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Financière Diwan: Plus que deux jours pour trancher

    Par L'Economiste | Edition N°:636 Le 11/11/1999 | Partager



    · Les petits porteurs ont deux choix: Vendre au prix offert par l'ONA ou rester, comme avant, actionnaire minoritaire

    · Jusqu'au 9 novembre, l'ONA a acheté près de 8% supplémentaires du capital
    Plus que deux jours avant le bouclage de l'opération de rachat (OPR) des actions Financière Diwan par l'ONA. Les rumeurs qui entourent l'OPR vont bon train. Le débat porte essentiellement sur les méthodes d'évaluation retenues par la banque conseil, CFI (Casablanca Finance Intermédiation). Les détenteurs de Financière Diwan sont actuellement face à un dilemme: vendre au prix proposé par l'ONA, soit 410 DH, ou garder les titres.
    Dans le cas où les petits actionnaires décident de vendre, le prix offert par l'ONA est supérieur aux niveaux auxquels traitait la valeur depuis son inscription à la cote. Introduite à 330 DH en mai 1997, la valeur a rarement dépassé le niveau de 410 DH. "Le prix proposé devrait permettre aux actionnaires ayant acheté leur titre au moment de l'OPV de 1997 de réaliser des plus-values voisines de la performance générale de la Bourse et de l'indice CFG 25 au cours de cette période", explique CFG dans un communiqué de presse diffusé hier. Selon la banque d'affaires, le prix de 410 DH permet de réaliser une performance de 24,2% par rapport au prix de l'OPV et ce, pour le période allant du 4 juin 1997 au 22 octobre 1999, date de l'offre de rachat de l'ONA. Une performance jugée proche de celle de l'IGB (26,9%) et de celle de CFG 25 (+25,3%) .
    Si les petits porteurs ne cèdent pas leurs titres, ils auront deux choix: rester actionnaires d'une société non cotée, si jamais la SBVC décidait de la radier de la Bourse, ou bien attendre un moment ultérieur pour vendre. Jusqu'au 9 novembre, l'ONA a acquis près de 8% supplémentaires du capital de Financière Diwan, soit les trois quarts du flottant.
    Rappelons que le titre Financière Diwan est peu liquide et évolue par paliers. "Cette valeur n'a pas été un succès et n'a jamais eu la faveur de la Bourse", soulignent les responsables de CFG. Explication: les holdings, dont les participations portent sur des valeurs elles-mêmes cotées en bourse, ne sont généralement pas appréciées sur le marché. Aujourd'hui, le prix n'est pas remis en cause. Les informations recueillies auprès des analystes indiquent que "la valeur offerte par l'ONA se situe dans la fourchette d'évaluation du marché".
    Auprès de CFG, il est indiqué que "le prix proposé aux actionnaires est celui de la transaction avec Lafico. Ce prix a été déterminé sur la base de l'actif net réévalué". Cette méthode est considérée comme la plus adaptée à l'évaluation des holdings de participation.
    Des opérateurs ont formulé des critiques sur le déroulement de la procédure. "Même s'il y a un vide juridique en matière d'OPR, l'ONA aurait dû recourir officiellement au CDVM", explique un opérateur de la place.
    Auprès de CFI, il est indiqué que "le CDVM a été consulté à chaque étape de l'opération", ce qui est confirmé par le CDVM.


    Comment Financière Diwan a été évaluée

    En pratique, CFG a procédé à une réévaluation des actifs de la holding à travers la détermination de la valeur de marché de son portefeuille. Ainsi, les titres cotés ont été valorisés à leur cours en bourse. En revanche, la participation dans AXA-Al-Amane a été déterminée sur la base de la transaction du 30 juin dernier suite à laquelle Financière Diwan a cédé sa participation dans la CAA pour se renforcer dans AXA. Les autres valeurs de participations (3,4% de portefeuille) ont été évaluées sur la base de l'actif net comptable. Après l'application d'une décote de l'ordre de 22%, la valeur de l'action est estimée aux alentours de 410 DH.

    Khadija MASMOUDI & Yousra MAHFOUD

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc