×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Fès: Une solution pour Douar El Askar

    Par L'Economiste | Edition N°:2176 Le 21/12/2005 | Partager

    . Les élus vont mettre la main à la poche. Près de 60 millions de DH pour aider les candidats au recasementLes bidonvillois de Douar El Askar à Fès auront enfin leurs logements à des prix abordables. Des retraités en majorité, ces habitants très pauvres ne pouvaient pas débourser les 60.000 DH exigés pour pouvoir être recasés. Mais ils sont décidés à participer. En vertu des dispositions du plan de mise à niveau urbaine baptisé Fès 2007, le Conseil de la ville a trouvé la solution. «Aujourd’hui, la population de Douar El Askar est estimée à 3.000 familles. Pour stopper d’autres flux et venir en aide à des gens démunis, nous sommes en train d’examiner la possibilité de verser quelque 60 millions de DH à l’Erac dans le cadre d’un accord de partenariat avec le gouvernement», indique Hamid Chabat, maire de la ville. Et d’ajouter que le montant prévu pour l’aide sera voté très prochainement. Il servira à l’équipement des lotissements de Douar El Askar. Une sorte de participation de la commune pour réduire le montant qui devrait être déboursé par les 3.000 ménages. Pour ce qui est du quartier Aïn Smen, les lots prévus pour le recasement coûtent 150.000 DH. Mais ils ne sont livrés qu’à un prix moyen de 12.000 DH et avec des conditions de paiement très encourageantes. Ici, la population concernée a déjà commencé à verser les premières annuités. La commune de Zouagha avait décidé, pour sa part, l’octroi d’une aide de 7 millions de dirhams. En tout cas, avec le ministère du Logement et de l’Urbanisme, le Conseil de la ville et les autorités locales travaillent en étroite collaboration. Ils veulent mettre sur le tapis le programme de mise à niveau urbaine de la ville de Fès. Lequel programme s’articule autour de trois axes. Le premier porte sur l’élaboration d’un nouveau schéma directeur, la conception de cinq plans d’aménagement sectoriel et l’ouverture à l’urbanisation de cinq zones de 1.200 hectares. Le second axe préconise, quant à lui, la construction de 13.000 logements sociaux sur près de 130 hectares. En ce qui concerne le troisième axe, le ministère a préparé un programme intégré visant la lutte contre toutes les formes d’habitat insalubre. Le coût de ce projet, qui bénéficiera à 48.500 ménages (plus de 250.000 habitants), est estimé à 942 millions de DH, dont une participation du ministère de l’ordre de 337 millions de DH. Pour Chabat, la vision du gouvernement, des autorités locales et du corps des élus pour Fès est très ambitieuse. «Le programme de développement régional touristique est une première réalisation. Au niveau local, la gestion déléguée du ramassage des ordures est une réussite. Nous ferons la même chose pour l’éclairage public dont l’ouverture des plis est prévue pour le 22 janvier 2006. Pour le programme ville sans bidonvilles, nous sommes engagés à assigner le label Fès sans bidonvilles en 2007», conclut Chabat.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc