×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Fès dotée d’une station fixe de pesage des camions

    Par L'Economiste | Edition N°:2714 Le 14/02/2008 | Partager

    . Plus de 7 millions de DH d’investissement . Objectif : Améliorer la sécurité routière «LES répercussions du passage d’un gros camion en surcharge sur la chaussée sont équivalentes à un convoi de 10.000 voitures qui passe en même temps». Les propos sont de Karim Ghellab, ministre de l’Equipement et du Transport. C’était, mardi dernier, lors de l’inauguration d’une station fixe de pesage des véhicules de transport routier de marchandises. Construite dans la localité de Douiyet relevant de la province de Moulay Yacoub, cette station a nécessité 7,13 millions de DH. Un investissement qui préservera les routes des poids lourds dépassant les limites de charges autorisées.  De fait, ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de stations fixes de pesage des véhicules de transport routier de marchandises contenu dans le plan stratégique intégré d’urgence de sécurité routière (PSIU). Selon le ministre, ce programme comprend notamment 7 stations fixes. Celles-ci seront implantées sur les axes principaux de trafic entre les centres émetteurs et récepteurs de marchandises. Par ailleurs, 5 autres stations mobiles seront destinées aux brigades mobiles de contrôle routier. Ce dispositif vise la lutte contre la pratique de la surcharge par les camions. L’objectif n’est autre que la prévention de la dégradation accélérée des routes et de la chaussée. «Ceci à travers la mise en place d’un système de contrôle efficace et automatisé de mesure de la charge circulant sur les principaux axes routiers», explique Ghellab. Et d’ajouter: «Pour que cette vision réussisse, nous comptons énormément sur la collaboration des services de la Gendarmerie et des autorités locales». En effet, outre un contrôle et pesage par infrarouge à distance, la station est dotée d’un système informatique de pointe qui permet de «stocker» les infractions (informations) au niveau du disque dur et d’enregistrer tous les véhicules en surpoids. C’est-à-dire, en quelque sorte, même le personnel qui est censé contrôler les camions en infraction et demander aux chauffeurs de se débarrasser du surpoids -dans une aire destinée à cette fin en attendant l’arrivée d’un autre camion qui transportera les marchandises déchargées-, est lui-même contrôlé par ordinateur. Les responsables dudit système affirment aussi que l’opération de contrôle pourrait être supervisée en ligne (par réseau) à partir d’un autre endroit, notamment le bureau de contrôle situé au ministère. En tout cas, ce programme permet de moderniser et automatiser le contrôle routier de transport de marchandises, et sauvegarder le réseau routier.De notre correspondant,Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc