×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Tribune

Femmes et femmes

Par Jawad TOUHAMI, cadre à la Fondation Hassan II pour les MRE

Par L'Economiste | Edition N°:744 Le 11/04/2000 | Partager

. Les défenseurs du plan d'intégration de la femme veulent embrasser des lois qui ont buté ailleurs

Nous avons des femmes mariées, heureuses dans leur foyer, s'occupant merveilleusement de leur progéniture, conscientes du rôle qu'elles ont à jouer au sein de leur petite et grande famille, jouissant pleinement du bonheur qu'elles arrivent à générer autour d'elles, et affrontant courageusement les malheurs qu'elles risquent d'endurer. Elles peuvent se contenter de peu de choses pour atteindre ce bonheur, elles sont patientes, aimantes, douces et responsables.
Ce genre de femmes se sont, en général, mariées jeunes et ont compris tôt que le mariage est la meilleure façon de s'immuniser contre le désarroi, la solitude et l'insécurité. Elles sont arrivées à construire grâce à leur intelligence, un foyer solide et ont dans beaucoup de cas réussi à orienter la destinée de leur conjoint vers le bon sens. Ces femmes vivent paisiblement, et ne se sentent pas du tout concernées par cette nouvelle vague féministe qui a donné naissance à cet explosif plan de l'intégration de la femme dans le développement.
Par contre, nous avons des femmes célibataires pour diverses raisons, éduquées dans un environnement occidental, scolarisées depuis leur enfance dans des missions culturelles étrangères, ou ayant poursuivi de très longues études universitaires, surtout à l'étranger, qui leur ont fait oublier que le mariage existe ou qui, par malheur, ont raté un premier mariage, à cause peut-être de leur comportement égoïste ou leur manque d'endurance.
C'est, en grande partie, cette catégorie de femmes qui sème la zizanie dans notre milieu social.

Vengeance


Ces femmes en général esseulées essayent, souvent inconsciemment, de se venger de cette société avec laquelle elles n'ont pu composer et veulent changer de fond en comble les principes de base régissant les relations entre l'homme et la femme depuis l'avènement de l'Islam.
Cette malicieuse gent féminine profite d'une part de la non-application de la loi envers la femme, comme elle n'est d'ailleurs pas appliquée comme il se doit envers l'homme, et d'autre part de l'ingérence des instances internationales dans notre vie sociale et surtout religieuse. Elle profite de tout cela pour essayer d'anéantir des lois coraniques et faire de nous des musulmans agonisants, et exaucer ainsi le voeu des ennemis jurés de l'islam qui tirent les ficelles de ces instances internationales. Il faut que ces femmes sachent que nos ennemis craignent énormément l'Islam, et qu'ils les manipulent pour arriver à leurs fins. Cette catégorie de femmes qui porte le flambeau de l'émancipation féminine, et qui aspire à un mariage à l'occidentale, que les Occidentaux eux-mêmes, et depuis longtemps, rejettent, vu qu'il présente des failles qui le rendent incompatible avec la nature humaine. Ce mode de mariage est régi par une loi faite par l'homme, et qui par conséquent n'arrête pas de subir des amendements, ce qui explique que ces Occidentaux se tournent vers une nouvelle forme de mariage sauvage qu'ils nomment concubinage et qui engendre des "enfants naturels", l'équivalent chez nous des enfants illégitimes. Les ardents défenseurs de ce fameux plan "à l'occidentale" veulent diviser notre société féminine en deux entités opposées: les femmes qui ont les pieds sur terre et celles qui ont la tête dans les nuages. Les précurseurs de ce projet veulent aveuglément embrasser des lois qui ont buté ailleurs, et par la même occasion embraser la vie sociopolitique du pays. Tout ce que nous pouvons faire, nous, spectateurs, c'est prier pour que la famille musulmane reste invulnérable aux viles manipulations de ses détracteurs. Amen.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc