×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Enfin un budget pour les 25
De notre correspondant permanent à Bruxelles, Aziz Ben Marzouq

Par L'Economiste | Edition N°:2175 Le 20/12/2005 | Partager

. Une enveloppe néanmoins moins ambitieuse que les propositions de la Commission. Tony Blair sauve sa présidence. Le Parlement européen a encore son mot à direAprès un premier échec sous présidence luxembourgeoise, l’Europe a enfin un budget pour la période 2007-2013. Les «25» ont donc réussi à éviter une nouvelle crise ce week-end, en se mettant d’accord sur un budget de 862 milliards d’euros, soit 1,045% du produit intérieur brut de l’UE, un budget beaucoup moins ambitieux que les propositions de la Commission européenne (1,26% du PIB) ou de la présidence luxembourgeoise (1,06%) mais plus élevé que ce que les Britanniques étaient prêts à accorder (1,03%). Aux yeux des «25», avoir un accord aura semblé plus important que le contenu du budget lui-même. Tony Blair -qui est en fin de mandat- a en quelque sorte sauvé sa présidence. Il a aussi permis d’éviter d’ajouter une crise à la crise que vit actuellement l’Europe suite aux «non» français et néerlandais au traité constitutionnel. L’accord dans la nuit du 16 au 17 décembre a été rendu possible après que Tony Blair a accepté de «sacrifier» une partie du chèque britannique, en contrepartie d’une remise à plat du budget européen à partir de 2008-2009. Il a été aussi le théâtre d’un retournement d’alliance des nouveaux Etats membres, Pologne en tête, qui se sont rapprochés de l’axe franco-allemand. Et ce aux dépens du partenariat privilégié avec le Royaume-Uni quand Tony Blair a tenté de rogner sur les dépenses dites de solidarité. Celles-ci visent à permettre aux nouveaux entrants de poursuivre leur processus de rattrapage économique et social. Cet accord était de toutes les façons indispensable pour savoir quelles sont les perspectives financières pour la période 2007-2013, mais celui-ci ne dit pas encore grand-chose sur la manière dont les dépenses vont être réparties. Le Parlement européen, co-décideur avec le Conseil et la Commission en la matière, a encore son mot à dire. On est donc encore loin de l’accord miracle qui aurait pu relancer durablement l’Union européenne. De son côté, Jean-Claude Juncker, le Premier ministre luxembourgeois, souligne que le compromis obtenu par les «25» à Bruxelles «est à peu près identique à ce que la présidence luxembourgeoise avait proposé en juin dernier». . Relations extérieures: «une rubrique sous-financée»Reimer Böge, rapporteur démocrate-chrétien du Parlement européen sur le budget, ne dit pas autre chose: «Si les dépenses de l’UE n’atteignent pas au moins 833 milliards, le financement de certaines politiques risque d’en pâtir». Josep Borrel, le président du Parlement a averti de son côté que les parlementaires européens «ne se contenteront pas d’un budget au rabais». Dans une résolution adoptée par la commission temporaire parlementaire, «Défis politiques et moyens budgétaires de l’UE élargie 2007-2013», il est souligné que  «les ambitions de l’Union élargie pour la prochaine période, en particulier pour les instruments européens d’aide de préadhésion et de voisinage et de partenariat (IEVP), la nécessité de financer les crises et, tel que prévu dans la Constitution, la refonte de la politique étrangère justifient une augmentation de 2,7 milliards d’euros et une réaffectation de 1,2 milliard d’euros». Rappelons que dans le cadre du futur budget européen, cette commission temporaire du Parlement a recommandé pour 2007-2013 une somme de 70,6 milliards d’euros pour la rubrique extérieure «L’UE comme acteur sur la scène mondiale». Une rubrique dont les politiques principales sont la politique européenne de voisinage, l’aide humanitaire, la coopération au développement et la coopération économique. Estimant que cette rubrique a été sous-financée sur la période 2000-2006, les députés européens comptent réclamer l’augmentation (de 200 à 500 millions d’euros) de l’instrument de flexibilité pour faire face aux nouveaux besoins ainsi qu’une dotation appropriée pour la mise en œuvre «d’objectifs-clés comme la politique européenne de voisinage». Selon eux, l’Union européenne devrait notamment «accentuer son influence en Méditerranée et envisager une stratégie de la mer Baltique associant la Russie comme partenaire égal». Les négociations sur le budget européen 2007-2013 entre les trois institutions (Conseil/Commission/Parlement) commencent dans les prochaines semaines et s’annoncent très serrées.


Rogner sur certaines dépenses

Cet accord minimaliste sur le budget devrait permettre au moins de remplir des engagements qui ont été pris par le passé, de financer la politique agricole commune, d’aider au développement des nouveaux Etats membres, de financer les régions européennes en retard économique, de financer la politique de la recherche et enfin de financer le développement des pays tiers associés. Même si beaucoup, comme le président de la Commission européenne, Manuel Barroso, avaient espéré un accord sur un budget beaucoup plus ambitieux et à la hauteur des défis présents. Plusieurs Etats membres estiment que les montants décidés par les chefs d’Etat et de gouvernement (862 milliards d’euros sur 7 ans pour une Union à 27 y compris donc la Bulgarie et la Roumanie) sont insuffisants par rapport aux ambitions affichées par l’Europe et que «l’enveloppe globale se déchirera tôt ou tard et il faudra nécessairement rogner sur certaines dépenses pour en augmenter d’autres».

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc