×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Energies propres: Où trouver le financement

Par L'Economiste | Edition N°:3131 Le 19/10/2009 | Partager

. Le plan d’investissement du Maroc sera présenté le 27 octobre à Washington . Pour un montant estimé à plus de 1,9 milliard de dollars. Priorité aux énergies renouvelablesLa mise en place du Fonds de développement de l’énergie (FDE) par le ministère de l’Energie se précise. La ministre de l’Energie, Amina Belkhadra, présentera les détails du plan d’investissement au comité du Fonds pour les technologies propres (FTP), qui se réunira le 27 octobre à la Banque mondiale à Washington. L’objectif est d’impliquer les membres de ce comité pour le cofinancement dans certains secteurs de l’énergie capitalistiques. Sachant que les secteurs éligibles au FTP doivent être intéressants à la fois sur le plan de la réduction des émissions et sur celui de l’efficience économique. Deux conditions qui fondent l’existence même du Fonds de développement de l’énergie dont le principal objectif est d’améliorer la sécurité énergétique et diminuer la vulnérabilité du Royaume aux chocs pétroliers. Toutefois, sans le FTP, les ressources du FDE étant dans beaucoup de cas utilisées sans considération de la réduction des émissions, la stratégie peut s’avérer peu efficace. Car, ce fonds devra participer au financement de certaines des solutions les plus coûteuses dans la mesure où elles présenteront un intérêt sur le plan de l’indépendance énergétique et de la sécurité d’approvisionnement. Ce qui pose la question de rentabilité financière pour laquelle la grande partie des ressources du FDE seront investies. Le fonds dispose actuellement de 1 milliard de dollars de contributions dont 500 millions de l’Arabie saoudite, 300 millions des Emirats arabes unis et 200 millions de dollars du Fonds Hassan II. Cette dernière contribution est assortie de certaines conditions. «D’autres secteurs et activités pourraient être envisagés, si les bénéfices tirés sont jugés suffisants, en termes de viabilité du capital à long terme», est-il indiqué. Une structure dédiée sera mise en place pour gérer les ressources du fonds dont une partie sera accordée pour réhabiliter les capacités de production de l’ONE. Une autre sera dédiée aux subventions en faveur de la maîtrise de l’énergie, la réalisation d’études et la fourniture de services d’assistance technique. Mais l’essentiel du fonds servira à des opérations génératrices de revenus pour l’Etat, d’où la création de la SIE (Société pour l’investissement en énergie). Entre autres projets, celle-ci réalisera des investissements sous forme de prises de participation dans des projets énergétiques financièrement viables, portant notamment sur la production d’électricité. De l’avis des experts, le FDE représente une opportunité pour accélérer les investissements à faible émission de carbone. Mais pour influer sur son fonctionnement et exploiter au mieux ses ressources, ils proposent qu’il soit combiné au FTP avec une structure à direction unique. Ces deux fonds seront également combinés à des fonds provenant d’organismes multilatéraux tels que la Bird (Banque internationale pour la reconstruction et le développement) et la BAD (Banque africaine de développement). Par ailleurs, la SFI (Société financière internationale) et le département du secteur privé de la BAD pourraient accorder des financements parallèles directement à des sous-projets. Le montant des ressources du FTP qui transiteront par le FDE est estimé à 150 millions de dollars. Du fait des conditions posées à l’utilisation d’une grande partie du Fonds de développement de l’énergie, le Fonds pour des technologies propres, combiné aux ressources financières, est un élément déterminant dans la stratégie. Il devra permettre aux projets à faible teneur en carbone de boucler le schéma de financement, en proposant des prêts concessionnels pour couvrir leur déficit de financement. C’est dire que même si l’objectif du FDE est plus globalement de répondre aux besoins d’électricité du pays à moindre coût, la participation du FTP au financement de projets à faible teneur en carbone permettra d’augmenter les capacités de production d’électricité. Car, il privilégie les énergies renouvelables et favorise l’adoption de technologies à faible émission de carbone dans les secteurs consommateurs d’énergie. La combinaison des deux fonds et la structure de direction unique devraient donner plus de possibilités d’investissement des fonds du FDE dans des projets sur les énergies renouvelables ou l’efficacité énergétique.Bachir THIAM

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc