×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Politique Internationale

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:736 Le 30/03/2000 | Partager

. Méningite
La méningite peut tuer un enfant ou un jeune adulte en quelques heures. Cette maladie foudroyante est en passe d'être maîtrisée. Une équipe internationale vient d'identifier sept protéines hautement conservées à la surface de la bactérie (Neisseria meningiditis), responsable de cette dangereuse maladie, en effectuant le séquençage complet de son génome. Les antigènes trouvés pourraient servir à l'élaboration d'un futur vaccin.
A noter que N. meningiditis colonise le rhinopharynx d'une grande partie de la population sans provoquer de maladie. Pour une raison encore méconnue, il arrive pourtant qu'elle atteigne la circulation sanguine, franchisse la barrière hémato-encéphalique et envahisse les méninges, les membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière. Elle entraîne alors une inflammation grave des tissus cérébraux.

. Défense immunitaire contre le paludisme
Lors des gestations successives, la femme enceinte acquiert une sorte d'immunité contre certaines formes de paludisme: c'est ce que suppose une équipe de chercheurs. Les globules rouges parasités par des souches de Plasmodium falciparum, à l'origine de la maladie, viendraient se fixer sur des récepteurs présents dans le placenta. Lors d'une première grossesse, la femme est plus vulnérable car elle n'a pas pu encore développer de défenses immunitaires contre ces souches particulières. Ces découvertes offrent un espoir pour la lutte contre cette forme de paludisme qui fait des ravages tant sur les femmes pendant leur première grossesse que sur les nouveau-nés fragilisés par cette infection.

. Stimuli appropriés
Un entraînement tardif de la mémoire peut-il compenser une défaillance d'origine génétique? Cette question de taille, car conditionnant la manière d'aborder des désordres comme la maladie d'Alzheimer, est au coeur d'une étude menée par Joe Tsien et ses collègues, de l'université de Princeton (Etats-Unis). Ces chercheurs ont choisi d'étudier une région particulière du cerveau de souris, appelée CA1. Les lésions de cette région provoquent, chez les humains comme chez les animaux de laboratoire, des déficits mémoriels importants.
Après une série de tests sur des souris mutantes et ayant préalablement été stimulées pendant deux mois, les chercheurs ont découvert que ces animaux ont montré des performances améliorées pour les différentes tâches (reconnaissance d'objet, d'aliment, etc.). Et, plus important, les souris mutantes ont vu leurs déficits partiellement ou entièrement compensés. L'absence d'activité des récepteurs dans cette région du cerveau n'est donc pas une fatalité, elle peut être contrebalancée par des stimuli appropriés.

. Epoque glacière
Les océans et leur cycle de fortes marées sont la source des époques glacières qui touchent périodiquement la Terre. Tous les mille huit cents ans, le froid s'installe sur la planète. La dynamique interne des couches de glace de la Terre n'est pas donc la seule explication du phénomène, même si elle est sans doute à l'origine des phases les plus froides. C'est la conclusion à laquelle sont parvenus Charles D. Keeling et Timothy P. Whorf, de l'université de Californie à San Diego (Etats-Unis)
Les deux scientifiques américains ont émis l'hypothèse que les forces générées par la Lune et le Soleil peuvent aussi être responsables des coups de froid millénaires. Leur explication est simple. Les marées fournissent près de la moitié de la puissance nécessaire au brassage vertical. Ainsi, les plus fortes d'entre elles sont tout à fait capables de faire remonter de grandes quantités d'eau froide des profondeurs océaniques. Arrivées à la surface, ces dernières rafraîchissent l'air ambiant et provoque un changement climatique semblable au Petit Age glaciaire qu'ont connu bon nombre de pays entre 1500 et 1800 apr. J.-C.

Adelaziz MEFTAH (Info Science)

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc