×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

En bref

Par L'Economiste | Edition N°:529 Le 15/06/1999 | Partager

· Capital-risque: Des étudiants français créent une société
Une nouvelle société de capital-risque vient de voir le jour en France. Créée par des étudiants de l'Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales (Essec), cette société entre dans le cadre d'une nouvelle formation au capital-risque. "C'est la première de ce type en France".
Cette opération bénéficie du soutien de la BNP et du cabinet conseil Arthur Andersen. Baptisée Essec Cigale, la nouvelle entité compte quinze étudiants de première année de la filière entreprenariat. Ils devront en assurer la gestion pendant trois ans et investir 250 FF (1FF= 1,59DH) chacun.
La BNP, Arthur Andersen et une autre entreprise porteront la capacité annuelle d'investissement à 180.000 FF par an. Essec Cigale vise à financer 4 à 5 projets par an avec des prises de participation se situant entre 30.000 et 100.000 FF.

· Création d'une bourse électronique au Japon
La Bourse électronique américaine Nasdaq et la société financière japonaise Softbank ont annoncé hier la création d'une bourse électronique au Japon, Nasdaq-Japan.
Elle sera opérationnelle à la fin 2000. Cette bourse sera élaborée avec la même technologie que le Nasdaq américain, créé en 1971, et qui est aujourd'hui la première place boursière aux Etats-Unis en termes de nombre de titres cotés.
La place boursière offrira aux investisseurs japonais la possibilité de traiter les titres actuellement cotés sur le Nasdaq et permettra aux jeunes sociétés japonaises de lever des capitaux sur les marchés financiers selon le président de la NASD, maison mère du Nasdaq. "C'est un mariage naturel qui arrive à point nommé.
Avec la position dominante de Softbank, la puissance d'Internet sera utilisée pour créer une bourse stimulant la création d'emplois et la croissance économique", a-t-il encore affirmé.
Surnommé "l'investisseur Numéro Un du cyberspace", le groupe japonais Softbank détient déjà des participations dans des sociétés financières et de courtage sur Internet, comme Cybercash, E-Loan et E-trade, l'un des principaux courtiers en ligne aux Etats-Unis.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc