×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Emploi & Carrière
Journée mondiale contre le travail des enfants

Par L'Economiste | Edition N°:2794 Le 09/06/2008 | Partager

. 165 millions d’enfants, âgés entre 5 et 14 ans, sont obligés de travailler. L’enseignement entraîne d’importants bénéfices économiquesLe 12 juin, le monde va devoir se rappeler que des millions d’enfants sont contraints de travailler à un âge précoce, au lieu de se retrouver sur les bancs des écoles. L’Organisation internationale du travail (OIT) estime qu’environ 165 millions d’enfants, âgés entre 5 et 14 ans, sont obligés de travailler. Beaucoup de ces enfants travaillent de longues heures et souvent dans des conditions dangereuses. C’est le cas malheureusement pour le Maroc où nombreux sont les enfants qui sont contraints de vivre ce calvaire au quotidien.Le travail des enfants est étroitement lié à la pauvreté. Une famille pauvre n’a souvent pas les moyens de payer les frais de scolarité. A ceci s’ajoute qu’elle peut être dépendante du revenu perçu par son enfant travailleur. Aussi donne-t-elle plus d’intérêt à cela qu’à l’éducation. Quand elle doit faire un choix entre envoyer un garçon ou une fille à l’école, c’est souvent la fille qui est écartée. Les enfants ont besoin d’une éducation et une formation de qualité s’ils veulent acquérir les compétences nécessaires pour réussir sur le marché du travail. Or, dans de nombreux pays, les écoles auxquelles ont accès les familles pauvres manquent de ressources et ne sont pas adaptées à leurs besoins. Des installations modestes, des classes surpeuplées et une pénurie de professeurs correctement formés, tirent les standards de l’éducation vers le bas. Dans les Objectifs du Millénaire pour le développement (ODM), les Nations Unies et la communauté internationale se sont fixé des objectifs pour que tous les enfants complètent tout le cycle d’éducation primaire, et pour la parité des genres dans l’éducation d’ici 2015.Ces objectifs ne peuvent être atteints que si les obstacles à l’éducation sont éliminés. Il faut garantir l’accès à une école, offrir des opportunités d’éducation transitionnelle aux enfants et aux jeunes non scolarisés dans l’éducation formelle. Il faut aussi combler la pénurie mondiale d’enseignants et assurer un corps enseignant professionnel; promouvoir l’adoption des lois sur le travail des enfants et l’éducation en conformité aux normes internationales. Il faut également lutter contre la pauvreté en favorisant la création d’un travail décent pour les adultes. Enfin il est nécessaire d’accroître la sensibilisation de l’opinion publique sur la nécessité de lutter contre le travail des enfants. L’éducation est un droit qui permet aux enfants et aux jeunes, économiquement et socialement exclus, de sortir de la pauvreté. De plus, les enfants qui ont bénéficié d’une éducation sont plus favorables à offrir une éducation à leurs propres enfants. Investir dans l’éducation relève d’une décision économique pertinente. Une étude récente de l’OIT a montré que l’élimination du travail des enfants et son remplacement par l’enseignement universel entraînent d’importants bénéfices économiques, en plus des bénéfices sociaux. Globalement, ces bénéfices excèdent les coûts par un facteur de plus de 6 à 1.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc