×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Développement agricole
    L’Agence sur les rails

    Par L'Economiste | Edition N°:2931 Le 30/12/2008 | Partager

    . Le projet devant le Parlement. Ce sera un établissement public sous tutelle de l’Etat. Mise en œuvre et suivi de la stratégie agricole parmi ses principales missionsLa stratégie de réforme du ministère de l’Agriculture est en marche. Le projet de loi n° 42-08 portant création de l’Agence pour le développement agricole (ADA), une entité au cœur de cette restructuration, a été présenté jeudi dernier en session plénière à la Chambre des représentants. Le texte de loi devrait être examiné dans les tout prochains jours par la chambre des conseillers, étape décisive avant sa publication. En attendant, ce qu’il faut retenir c’est que le changement qui se prépare au niveau du département de l’Agriculture vise le redéploiement de l’Etat dans l’Agriculture et l’atteinte des objectifs ambitieux de la stratégie. Dans l’état actuel des choses, le fonctionnement du ministère est peu favorable à l’implémentation du Plan Maroc vert car sa décentralisation est peu effective et son organigramme figé est peu flexible, est-il indiqué. Par ailleurs, le département manque d’importants moyens humains et financiers. Pour toutes ces raisons, la refonte des processus de gestion interne du ministère est nécessaire, souligne-t-on du côté institutionnel. C’est également dans ce cadre que sont créées de nouvelles entités, à savoir l’Office national de sécurité sanitaire des aliments (cf. www.leconomiste.com) et l’Agence de développement agricole. Sur le plan organisationnel, l’ADA sera un établissement public sous tutelle de l’Etat. Côté financier, ses recettes seront couvertes par des revenus d’activité, des emprunts, des subventions et des legs. Pour ce qui est des dépenses, elles seront soit celles d’investissement, de fonctionnement ou encore de remboursement d’emprunts. Sur le plan management, un président sera à la tête de l’ADA et un directeur général sera chargé de la gestion de la structure. Parmi les missions de celle-ci, figure la mise en œuvre du Plan Maroc vert à travers le développement de l’agriculture moderne autour de l’investissement industriel à haute productivité et valeur ajoutée, est-il indiqué. L’ADA sera chargée également de la mise à niveau solidaire autour de l’investissement social pour lutter contre la pauvreté agricole. Dans le détail, au niveau du pilier I de la stratégie agricole, l’ADA sera un outil d’identification des paramètres d’agrégation des filières et de définition des modèles d’agrégation. Dans ce cadre, la structure sera chargée entre autres de mobiliser du foncier pour l’extension des périmètres agricoles dans les 16 régions agricoles du Royaume, identifiées dans le cadre du Plan Maroc vert. Il sera question également pour l’ADA de déterminer des projets et des filières en vue de développer des cultures à haute valeur ajoutée ainsi que de mener des campagnes de promotion autour des périmètres agricoles. Ceci sans oublier la prospection d’investisseurs et la mise en œuvre et le suivi de partenariats. Au niveau du pilier II de la stratégie, l’ADA sera la force de propositions de plans d’action relatifs au soutien de la petite agriculture à travers la promotion et la mise en œuvre de projets économiquement viables. Dans ce cadre, il sera question de trouver des bailleurs de fonds.


    Missions transversales

    Au-delà de ses missions proprement dites, l’ADA aura aussi des missions transversales. Veille du secteur agricole, planification, évaluation des projets réalisés dans le cadre de la stratégie, en sont quelques-unes.Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc