×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Détroit: A bord du Marrakech Express

    Par L'Economiste | Edition N°:2076 Le 01/08/2005 | Partager

    . Le bateau qui opérait avant sur la ligne Tanger-Gênes relie maintenant Tanger à Sète . Une mini-croisière à 299 DH en promotion . Durée du trajet: 36 heuresDRAPS en main, un matelot se dirige vers une des nombreuses cabines du Marrakech Express. En moins d’une heure, il doit terminer de faire les lits et nettoyer les espaces dont il a la charge. Un dur travail qu’il effectue inlassablement toutes les 36 heures à chaque escale de ce ferry de la Comanav. A la cuisine, le cuistot et son équipe sont occupés aussi. Il faut faire rentrer les vivres et entamer la préparation, deux tonnes de viande rouge, autant en viande blanche, une tonne de légumes divers, etc., le ravitaillement est à l’image de ce ferry: imposant. Arrivé à midi au port de Tanger, le ferry n’a que six heures pour se ravitailler, débarquer et embarquer les passagers. Une vraie course contre la montre où l’erreur n’est pas tolérée.C’est que le Marrakech Express ressemble à un véritable hôtel flottant. Le bateau, qui fait la ligne Tanger-Sète, a été affrété en longue durée par la Compagnie marocaine de navigation. L’année dernière, il était en poste sur la ligne Tanger-Gênes, mais il a échangé son poste avec le Marrakech. L’installation sur la ligne de Sète lui a valu aussi de renoncer à son ancien nom, le Salami Star pour reprendre le nom de son prédécesseur. Si en matière de standing, le Marrakech était un bateau de référence, le Marrakech Express va au-delà. Battant pavillon chypriote, le ferry faisait avant des croisières dans la Méditerranée. Les installations actuelles en témoignent. Le bateau est avant tout destiné à apporter le maximum de confort à ses hôtes. Les cabines sont assez spacieuses, toutes avec douches ou même baignoire pour certaines.En effet, le bateau dépasse les 160 mètres de long et a 23 mètres de large. Il peut héberger plus de 800 passagers avec 400 voitures dans son garage. Il dispose d’un restaurant, d’une cafétéria, d’un night-club et même d’une piscine. Afin de satisfaire toutes les bourses, il offre la possibilité de voyager en Pullman, soit sur des sièges inclinables, à l’image des ferrys traditionnels. La durée du trajet, 36 heures, impose de disposer de moyens d’animation conséquents pour rendre le voyage plus agréable. Cette mini-croisière coûte 299 DH (prix promotionnel). A l’image d’un vrai hôtel, un thé est servi aux passagers au moment de l’embarquement. «C’est un geste peu coûteux qui permet de mieux faire passer la fatigue de l’embarquement», explique Hachem Belghiti, directeur commercial de la Comanav. Comme dans tout hôtel, la réception du Marrakech Express se remplit de clients en attente d’être enregistrés et d’avoir les clés de leurs cabines. Des clowns se chargent de faire rire les petits. «L’objectif est double. Il vise les petits tout d’abord, mais ces spectacles permettent aussi aux parents d’être soulagés», ajoute Belghiti. A noter que ce ne sont pas seulement des Marocains résidant à l’étranger qui utilisent cette ligne. Nombreux sont les touristes français ou européens qui préfèrent prendre le bateau et profiter d’une mini-croisière. De même, de plus en plus de MRE du nord de l’Espagne préfèrent eux aussi aller vers la France et prendre le bateau à partir de Sète. Cela leur évite le stress du trajet.De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc