Economie

Dakhla: Du fromage au lait de chamelle

Par L'Economiste | Edition N°:3363 Le 16/09/2010 | Partager

. Une première expérience à l’échelle nationale. Une production en lait de chamelle estimée à 5.000 t par an. Lben et yaourt au programme aussiDu nouveau à Dakhla. La région lance du fromage à base de lait de chamelle. C’est une première nationale! C’est la fromagerie «Ajbane Dakhla» qui a relevé ce véritable défi puisque le lait camelin coagule difficilement et ne peut, par conséquent, être transformé en beurre ou fromage du lait des autres animaux d’élevage. Le fait est que le lait de chamelle, riche en produits antibactériens, tend à inhiber naturellement l’acidification lactique par voie fermentaire. Une difficulté que «Ajbane Dakhla» a contourné grâce au concours de chercheurs de l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II et d’un bureau d’études spécialisé. «Ce projet s’intègre dans le cadre du Plan régional agricole de la région d’Oued Eddahab-Lagouira», explique Kamal Hidan, directeur de la Direction régionale de l’agriculture (DRA). Il vise essentiellement la valorisation des produits camelins. Toutes les mesures ont été prises pour la réussite de ce projet inédit. La DRA a, ainsi, accompagné le projet en procédant à l’installation des élevages laitiers en semi-intensif à la périphérie de Dakhla pour l’approvisionnement de la ville en lait de chamelle frais. Une mesure nécessaire car l’étendue des parcours et la dispersion des élevages laitiers complique la collecte du lait. Les producteurs se sont ensuite regroupés en coopérative «Halib Dakhla» et ont été soutenus par la DRA pour la mise en place d’une mini-laiterie équipée en matériel adéquat pour la pasteurisation et le conditionnement du lait de chamelle. D’un autre côté, un groupe de femmes rurales a reçu une formation quant aux techniques et règles de production du fromage camelin dans les plus strictes règles d’hygiène. Un business plan a par ailleurs été mis en place pour le lancement du produit dont s’est chargée une agence de communication. Ainsi, conception, emballage, dépliant, affiche et animation de stands dans les différentes foires régionales. Cependant, la distribution du produit se limite pour le moment à la zone de Dakhla en attendant sa distribution dans les autres villes du pays. Il faut ajouter qu’un guide de bonne pratique est en cours d’élaboration par le bureau d’études et les femmes de la coopérative «Ajbane Dakhla» sont accompagnées pour l’obtention d’un label agricole qui pourrait «peut-être» être le premier dans les provinces du sud.Pour rappel, la région Oued Eddahab-Lagouira dispose d’énormes potentialités pastorales matérialisées par l’étendue et l’abondance des parcours et leur capacité de régénération rapide, surtout en années pluvieuses. La superficie totale s’élève à près de 12 millions d’hectares favorisant l’activité principale de la population locale en l’occurrence l’élevage de dromadaire. Les productions de dromadaires représentent le deuxième contributeur au chiffre d’affaires du secteur agricole dans la région; la production en viandes rouges est estimée à 504 t/an et le potentiel de production en lait de chamelle est estimé à 5.000 t/an.Malgré des réalisations importantes dans le secteur de l’élevage, le chiffre d’affaires total généré par ce secteur reste très limité, il s’élève à 24,3 millions de DH. La part des viandes rouges s’élève à 85%. Quant au lait de chamelle, il ne génère pas de chiffre d’affaires par manque de commercialisation et de valorisation de ce lait, soit un manque à gagner de 20 millions de DH. Une situation appelée désormais à connaître une nette amélioration.


Produits de la coopérative

Le pot de 100 g de fromage de lait de chamelle sera commercialisé au prix de 25 DH. C’est le prix fixé par la coopérative «Ajbane Dakhla» qui en produit actuellement 20 kg par semaine. Il connaît un vif succès car ce produit est riche en propriétés diététiques et thérapeutiques. La coopérative produit du Lben à base du lait de chamelle, connu localement sous l’appellation de «Frik». Il est obtenu par fermentation mésophile suivi d’un barattage mécanisé et c’est une boisson très appréciée par les populations locales. Enfin, du yaourt, obtenu à partir du lait de chamelle fermenté avec un levain thermophile, est en phase d’essais.De notre correspondante, Fatiha NAKHLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc