×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Affaires

Crise de gouvernance à 2M

Par L'Economiste | Edition N°:2268 Le 04/05/2006 | Partager

. Démissions en série de Samira Sitaïl, Réda Benjelloune et Taoufik Debbab. Des nominations contestées et mésentente avec le DG. Réunion aujourd’hui avec le PDG du pôle publicRien ne va plus entre la directrice de l’information de 2M et la direction générale de la chaîne. C’est confirmé, Samira Sitaïl vient de déposer sa démission auprès du président du pôle audiovisuel, Faïçal Laraïchi himself. D’ailleurs elle n’est pas la seule, c’est le cas aussi pour Réda Benjelloune, directeur adjoint en charge des magazines de la chaîne. Quelques jours auparavant, Taoufik Debbab, directeur adjoint de l’information en charge des journaux télévisés, a ouvert le bal de ces démissions en série. Contre toute attente, sa demande a été validée par le DG. Et c’est la goutte qui a fait déborder le vase. A l’origine de cette mini-crise de la chaîne d’Aïn Sebaâ, qui n’est d’ailleurs pas la première, «une mésentente avec les dernières décisions du directeur général». Ce dernier a procédé à des chaises musicales et une série de nominations contestées. Il vient de confirmer un ex d’Euronews Khalid Moustaphaoui et Jamaâ Goulahsen dans leur poste de rédacteur en chef. Parallèlement, Chaïb Hammadi et Hamid Saâdni viennent d’être promus directeurs adjoints par intérim en remplacement à Debbab, partant. Curieusement, même le président de la SNRT n’aurait pas été consulté à la veille de ces changements. «D’autant plus que ces chaises musicales portent sur un service sensible, celui de l’information», précise une source à la SNRT. Une chose est sûre, Faïçal Laraïchi a opposé son niet, en refusant la démission de Sitaïl et de Benjelloune. Ce que confirme ce dernier qui ne souhaite pas «verser de l’huile sur le feu dans une affaire qui reste interne à la boîte». Selon Réda Benjelloune, «logiquement une réunion d’urgence devrait se tenir avec le président ce jeudi vers 17 heures pour tirer cela au clair». A priori, il y a de fortes attentes. Cette entrevue devrait se traduire par une tentative de conciliation plutôt que des règlements de comptes. Le président devrait réitérer le refus des démissions et traiter le problème de l’information. De sources concordantes à 2M, cette tension illustre parfaitement la guerre de clans au sein de la chaîne qui se traduit par «une rédaction parallèle ou à deux vitesses». Le DG voudrait aussi avoir son mot à dire dans la gestion de l’information. Cette guerre de tranchées ne date pas d’aujourd’hui. Pour rappel, il y a deux ans, un bras de fer avait opposé la même directrice de l’information à certains journalistes. La directrice avait fait face à une fronde violente et des journalistes avaient menacé de faire une grève du journal télévisé: «C’est elle ou nous», avaient-ils menacé en 2004. Et ce sont deux parmi ces derniers qui viennent d’être nommés respectivement directeur adjoint par intérim de l’information des JT en arabe et en français. Cette même équipe s’était opposée à la nomination de Sitaïl en mai 2001. De même qu’elle s’était opposée à la nomination de Taoufik Debbab et de Réda Benjelloune à la tête de deux nouvelles sous-directions. Des proches de 2M s’interrogent aussi sur le timing de cette crise. Pourquoi aujourd’hui et pas avant sachant que l’environnement audiovisuel est en ébullition: l’arrivée de Laraïchi à la tête du pôle audiovisuel, le statut de 2M au sein de la SNRT, les enjeux de la libéralisation et les différents centres d’intérêts des uns et des autres… sont autant d’éléments cités. La diffusion d’émissions en prime time sur des thèmes tabous comme la prostitution, la pédophilie et le tourisme sexuel ne font pas non plus l’unanimité au sein de la télé et exacerbent les clivages. D’aucuns parlent même de lobbying exogène, voire politique, qui a trouvé son écho à 2M. Par ailleurs, l’arrivée de nouveaux entrants dans l’audiovisuel tels que Médi 1 Sat qui sollicite une vingtaine de journalistes arabophones et autant francophones donne une bouffée d’oxygène et ouvre de nouvelles perspectives. Or, les ressources humaines dans le microcosme des médias sont une denrée rare. Mis à part la presse écrite et les deux chaînes de la SNRT, le réservoir des compétences et des profils opérationnels est quasi vide. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]miste.com
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc