×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Crédit Bureau: Trois candidats en lice

    Par L'Economiste | Edition N°:2580 Le 31/07/2007 | Partager

    . Un opérateur italien et deux américains. Verdict fin septembre. Les banques peuvent détenir jusqu’à 30% de la société gestionnaireCELA fait deux semaines que trois opérateurs internationaux ont déposé leur candidature auprès de Bank Al-Maghrib pour gérer la base de données clients communes aux banques et aux sociétés de financement, «Crédit Bureau» (cf. notre édition du 9 juillet; www.leconomiste.com). Le premier en lice est l’italien Crif qui s’est allié au premier opérateur marocain de système d’information Omnidata. La société fournit des centaines de systèmes de support décisionnel dans 15 pays. C’est le premier fournisseur de solution de Crédit Bureau en Europe continentale. La firme italienne est également présente aux Etats-Unis et en Amérique latine. La solution de Crif/Omnidata repose sur le logiciel Eurisc déjà utilisé par plusieurs grandes banques européennes (Unicredit, BNP Paribas, Barclays). Les deux autres dossiers déposés chez Bank Al-Maghrib sont d’origine américaine: Dun & Bradstreet associé au fournisseur marocain de solutions informatiques pour la finance Finacces. C’est l’une des références sur le marché américain de l’information financière. Le troisième dossier a été déposé par Experian, un des plus importants fournisseurs de Crédit Bureau dans le monde. Il gère les bases de données de grosses structures financières au Etats-Unis. Mais on ne sait pas encore s’il a un partenaire local.Après la présentation des offres, l’heure est à l’évaluation. Bank Al-Maghrib examine actuellement les trois dossiers avec l’assistance d’un cabinet international. Il convoquera les trois soumissionnaires à présenter leur proposition en détail d’ici fin août. Un mois après (le 28 septembre), le nom de l’adjudicataire sera annoncé. Les deux parties signeront le contrat d’engagement en octobre. Mais il sera difficile de transposer la solution illico presto, selon nos sources. Il faudra beaucoup de temps pour rassembler les informations nécessaires et organiser la transmission des données traitées avec les banques et les sociétés de financement. Une fois installé, le Crédit Bureau marocain sera le premier en Afrique et dans le monde arabe. Cela fait la fierté du ministre des Finances et du gouverneur de Bank Al-Maghrib. Elle mettra le système financier marocain au diapason des normes internationales. A noter qu’il existe 67 Crédit Bureau dans le monde. Côté organisation, le système sera géré par une société indépendante dont l’actionnaire majoritaire sera l’adjudicataire du marché. Les banques et sociétés de financement pourront y participer à hauteur de 30% du capital. Quant au circuit de l’information, les banques transmettront leurs informations clients (historique de crédit et de remboursement, fiche signalétique, situation financière...) à la centrale d’information de Bank Al-Maghrib. Celle-ci effectuera le transfert à la société de Crédit Bureau, via un canal bien verrouillé pour garantir la discrétion de la base de données. Les règles de transferts seront fixées au préalable dans le contrat de concession de gestion. Les informations seront mises à jour en fonction d’un calendrier commun entre les institutions financières concernées et la Banque centrale. Le travail de la société de Crédit Bureau commencera après le bouclage de cette étape préliminaire. Elle s’occupera d’abord de mutualiser les données clients des banques et des sociétés de financement dans un fichier unique. Ensuite, elle les répartira entre des informations dites «négatives» (insolvabilité, retards de paiements, non-paiements...) et d’autres «positives et négatives» donnant le détail de l’historique de crédit et de remboursement. Sur la base de ce tri, le système fonctionnera comme une alarme pour signaler les dossiers insolvables où ayant des difficultés de remboursement. Il peut même donner un scoring à chaque client, en fonction de son historique. Ce traitement sera d’une grande utilité pour les banques. Il leur permettra d’avoir une visibilité complète sur la situation de leurs clients. Cela réduira sensiblement les garanties qui leur seront exigées. De plus, le système accroîtra la rapidité dans la prise de décision. En effet, le scoring peut être combiné avec la notation interne de la banque pour trancher automatiquement la demande de crédit. Enfin, les données segmentées du Crédit Bureau sont une base solide pour construire les politiques commerciales et marketing.Nouaim SQALLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc