×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Crédit-bail: La production a progressé de 22% en 1999

Par L'Economiste | Edition N°:720 Le 08/03/2000 | Partager

· Le leasing immobilier, nouveau cheval de bataille de la profession

· Maroc Leasing se maintient en tête pour la deuxième année consécutive


Les chiffres de l'activité leasing en 1999 sont enfin arrivés. La bataille reste rude entre les "gros opérateurs" du marché et la transparence n'est pas encore acquise. C'est encore plus déplorable lorsqu'il s'agit de sociétés cotées. L'APSF (Association Professionnelle des Sociétés de Financement) a encore du mal à réunir les données de tous ses adhérents en même temps. Mais mieux vaut tard que jamais.
Les chiffres communiqués par l'Association font ressortir une bonne progression du leasing en 1999. Les crédits distribués ont marqué une avancée de 22% par rapport à 1998. A fin décembre, la production s'est élevée à 3,5 milliards de DH contre 2,8 milliards un an auparavant.
La part du crédit-bail mobilier demeure prépondérante avec 89% des crédits distribués. Cette part était de 93,5% en 1998. Les opérateurs l'ont compris, l'avenir du leasing est dans l'immobilier. "C'est un véritable gisement de croissance", souligne le directeur marketing d'une grande société de la place. Et de continuer: "L'immobilier a le pouvoir d'exercer un effet de levier sur tout le reste". A fin 1999, ce type de crédit s'est vu attribuer 11% de la production de l'année, contre seulement 6,5% en 1998. Mais un effort considérable en matière de communication et de ciblage reste à faire.

Jeu de coudes pour la première place


Le marché compte désormais un nouveau venu. Opérationnel depuis peu, Chaâbi Leasing, filiale du groupe Banques Populaires, porte à 10 le nombre d'opérateurs spécialisés et accentue de ce fait la concurrence.
Le véritable défi de cette profession est d'arriver à se positionner par rapport aux autres sources de financement de l'investissement, notamment le crédit bancaire classique. Les sociétés de leasing mettent en avant quelques arguments tels que l'économie d'impôt ou encore les délais de réponse.
Pour la deuxième année consécutive, le débat sur les parts de marché refait surface. C'est la base même du classement qui est contestée. Jusqu'en 1997, la place de leader était déterminée par la production annuelle. Ce n'est qu'en 1998 que quelques opérateurs de la place ont commencé à protester, demandant que l'encours net comptable soit pris comme base de classement. Pour l'instant, le débat n'a pas encore trouvé d'issue. En terme de production, c'est Maroc Leasing qui se maintient en tête pour la deuxième année avec une part de marché de 21,9%. Elle est suivie de Maghrébail avec 20,54%. La troisième place revient à Sogelease avec 19,44%. L'encours net change l'ordre pour les deux premiers. Maghrébail détient 24,94% de l'encours total de la profession contre 23,12% pour Maroc Leasing.

Hanaâ FOULANI


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc