×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Courrier des Lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:3330 Le 29/07/2010 | Partager

    La crise a-t-elle eu des effets sur les économies du Maghreb?
    . Crise permanente Le monde entier plonge dans une crise internationale dont les conséquences sont catastrophiques. Tous les secteurs souffrent de cette crise qui ne cesse de s’accroître au fil des jours. Le Maroc comme les pays émergents ne fait pas exception et continue à vivre une crise sur tous les plans. Non seulement les catastrophes naturelles (sécheresse et inondations) qui ont contribué grandement à la rareté des ressources, mais également la politique d’anarchie qui a amplifié la problématique. La cherté des produits alimentaires, la recrudescence du chômage, le gel des augmentations des salaires, les prix impayables du foncier, la dominance du noir dans les achats des appartements etc. sont de vrais problèmes que le Maroc vit. L’origine de cette dégradation est due principalement à l’incurie de nos responsables qui n’optent pas pour une politique optimale, responsables qui ne cessent de s’enrichir, de gonfler leurs comptes bancaires et d’assurer l’avenir de leurs enfants. Le je-m’en-foutisme d’un grand nombre de nos responsables, la corruption des hauts fonctionnaires sont les vraies raisons de l’existence d’une crise durable. Le taux de pauvreté est d’une ampleur alarmante et la situation risque d’exploser. Prenez conscience du danger qui menace nos générations et mettez la main à la pâte avant qu’il ne soit trop tard.C. K. . Tunisie: Plus avancés?Je tiens à vous faire part des nouvelles que nous avons de nos contacts tunisiens. Selon le «Tunisia Online News», nous apprenons que Chokri Mamoghli, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, lance le 3e programme de développement des exportations (PDE III - 2011). Ce dernier profitera aux entreprises innovantes à travers des incitations aux niveaux des produits de l’emballage/conditionnement, et à travers l’organisation et gestion au sein de l’entreprise. La Tunisie s’est déjà dotée du système de «l’éco-taxe», marquant par cette volonté une légère avance sur les mentalités d’Afrique du Nord, pour lesquelles les notions environnementales restent récentes et encore peu prises en compte dans les faits. La Tunisie est économiquement liée au Maroc via les accords d’Agadir, émergence actualisée des accords de Barcelone (1995), qui instaurent, entre autres, un libre-échange (selon tableau douanier des produits visés). Parions que de telles mesures viendront «booster» la compétitivité fraternelle que se livrent nos deux pays. Parallèlement à votre article sur la percée chinoise, nous apprenons que le sénateur Schumer Charles (USA) présente un projet de loi visant à instaurer et imposer, à Washington, des sanctions sur les importations chinoises.Rappelons que le Maroc et les Etats-Unis sont également liés par des accords commerciaux. Une telle mesure pourrait avoir une influence positive sur les exportations marocaines de la production agricole sur ce pays, à la seule condition d’utiliser un «packaging» normé (www.plastic-jig.com). D’autant que les Etats-Unis ont subi d’énormes pertes sur leurs productions d’orange (Floride).E. F. . Le citoyen et la criseLe simple citoyen au Maroc ne sait plus quoi faire, dans un contexte de crise qui s’approche d’un jour à l’autre de notre pays. Nos responsables ne veulent pas dire la vérité. Notre pays est en crise. L’Etat a un déficit budgétaire de 12,5 milliards de DH. Le taux de croissance ne va sûrement pas dépasser les 4%. L’austérité budgétaire est proche de nous et la première victime sera le simple citoyen qui n’arrive plus à supporter la tension quotidienne et la pression des charges de la vie. Qui va donc être prêt à écouter le citoyen et l’aider pour supporter les répercussions d’une crise de plus en plus proche de notre pays?.K. D.

    . Sommes-nous réellement compétitifs?Pour être franc, la réponse est non! Exemple: combien coûte le mois de ramadan à l’économie marocaine? Combien coûte la corruption en vies humaines (sur les routes !) et en manque à gagner pour le Maroc? Combien aurons-nous économisé en agissant directement sur le comportement à relent culturel? Faites le calcul et comparez avec l’Espagne à titre d’exemple d’avant UE et après UE? Poussez plus loin et prenez le cas de la Malaisie, pays musulman pourtant !A bon entendeur salut ! Je ne nie pas la réalité de ceux, pas nombreux, qui essayent pourtant. Malheureusement, ils sont rares!T. R. . Un nouveau code de la route pour rienPourquoi un nouveau code de la route si ce n’est pour favoriser la corruption et enrichir les policiers. En pleine journée pour un mauvais stationnement, sur une perpendiculaire de l’avenue My Abdellah, 2 policiers ont eu 100 dirhams et le billet a été placé dans la police d’assurance.Alors, pourquoi un nouveau code ? Il faut faire respecter l’ancien d’abord. Devant les policiers, les automobilistes brûlent les feux, doublent en 3e position, c’est devenu insupportable et les policiers ne bronchent pas.S. N. . Onep: Manque d’informationIl serait plus judicieux d’abord de faire le bilan des réalisations de cet office. Il serait également plus intéressant d’exposer en détail les modes et les conditions de financement, le taux d’endettement local et étranger. Les tarifs pratiqués par l’Onep surtout en milieu rural devraient être connus avec précision. Fassi n’est bavard que lorsqu’il parle des prévisions ou du foot. D. B.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc