×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:2153 Le 17/11/2005 | Partager

Anniversaire de l’Indépendance et les jours fériés

. Sur les 3 jours fériés de cette semaineIl est vrai que la croissance au Maroc est trop forte et qu’il faut la ralentir pour éviter une surchauffe, que la saison agricole s’annonce exceptionnelle, que l’industrie textile écrase la concurrence chinoise, que nos puits de pétrole exportent à plein régime, que la facture énergétique n’est plus qu’un mauvais souvenir, etc. Heureusement donc que cette décision a été prise pour calmer la surchauffe de l’économie marocaine! C’en est parfois désespérant!!! Bonne semaine (pas trop fériée chômée, j’espère).Hassan B. Haut cadre de banque. Trop richesSerions-nous devenus trop riches sans que nul d’entre nous ne s’en soit aperçu, sauf Boussaïd, le valeureux ministre des DVD, pour que le Maroc soit obligé de décréter trois jours plus deux jours de congé dans la même semaine? Dites-moi cher Boussaïd, que faites-vous dans la semaine? Vous avez mis 38.000 fonctionnaires au chômage volontaire; voilà que vous voulez mettre le reste au chômage joyeux et irresponsable. C’est vous, l’irresponsable.Maria B. G. Tanger. FélicitationsJe vous écris pour féliciter Khalid Belyazid pour son éditorial du lundi 14 novembre. Il critique les jours de congé intempestifs. Il a bien raison. Le Maroc est sous-développé, on sait pourquoi: il ne travaille ni assez, ni assez bien. Dites à Khalid Belyazid qu’il devrait écrire plus d’éditoriaux comme celui-ci et qu’on voudrait le revoir sur la RTM. MerciKhalid B.A.. IndignitéSemaine de 30 heures pendant le Ramadan, et maintenant la semaine de deux jours! C’est bien de fêter dignement le cinquantenaire, c’est une date importante. Mais pourquoi ridiculiser le pays en faisant une semaine de deux jours de travail, digne des républiques bananières? Puisque le…18 novembre tombe un vendredi, il fallait considérer que la fête se ferait les vendredi-samedi-dimanche. Pourquoi avoir fait la fête avant la bonne date, si ce n’est pour montrer à la terre entière que le Maroc se f…pas mal des impératifs du développement, lesquels sont de travailler beaucoup pour sortir les citoyens de la misère. Je trouve cela indigne de notre pays. Y. El A. Classe prépa, Rabat


. Buts de la privatisationSi on cherche à privatiser c’est qu’on pense que la gestion privée est meilleure et plus sûre. Et ce, parce qu’il y a un meilleur contrôle. Dans les sociétés privées, il y a des conseils d’administration et des assemblées générales au moins une fois l’an sur la base de rapports du directeur général ou du conseil d’administration à l’assemblée générale et si un gérant est médiocre on le change. Pourquoi faut-il attendre 6 ans pour élire un conseiller municipal ou un député et beaucoup plus pour changer le directeur d’un office? Diminuer ces périodes coûterait certainement moins cher que les pertes dues à de mauvaises gestions. Mohamed M. ingénieur. DiscriminationBonjour, j’avais une petite précision à apporter à l’article sur le recrutement des auditeurs, au niveau de votre numéro du lundi 14 novembre 2005. Plusieurs cabinets internationaux (pour ne pas dire tous) ne recrutent plus les diplômés d’écoles marocaines. Ces cabinets ont été déçus par le niveau des diplômés d’universités et écoles marocaines, et cela fait partie de leur politique de recrutement. Ils privilégient, de loin, les diplômés de prestigieuses écoles françaises, ceci pour dire que les diplômés d’écoles marocaines, et surtout s’il s’agit d’écoles étatiques, ont aussi leur mot à dire. Beaucoup ont fait leurs preuves dans ces mêmes cabinets, alors pourquoi cette discrimination? Et je vous relate ça suite à une expérience personnelle. Bonne réception Yasmina J. Cadre financier. Les copartenairesLa «Plate-forme intercontinentale des MRE» se félicite des décisions annoncées par SM le Roi Mohammed VI concernant les MRE, estimant que ces décisions sont à même de faire d’eux un copartenaire essentiel dans le processus de modernisation et de développement de leur pays d’origine et à apporter leur expérience politique et leur savoir-faire pour raffermir son processus démocratique (…). Nous avons longtemps attendu cela. Ces décisions pourront contribuer à résoudre nombre de nos problèmes. Ainsi que l’appel du gouvernement marocain d’ouvrir le dialogue et de mener une large consultation avec les organisations et les structures représentant les MRE pour une application plus efficiente des décisions royales.Jamal  E. R. Ingénieur informaticien, Amsterdam Hollande, responsable d’association. Vilaine dame!Je voudrais savoir comment faire une plainte sur une femme marocaine qui est au Québec mais qui est toujours marié il y a pas de loi pour ça si oui je voudrais savoir comment formulé ma plainte,elle trompe son marie avec pluisieur homme certain vidéo mes pas pour enfant et photo et elle vien de faire rentré un homme en prison juste parceque le mec là laissé tombé. merci a l’avance Michel B., technicien Montréal(NDRL: l’orthographe a été conservée)

Les pharmaciens en colère

. Ne tirez pas sur les pharmaciens! Je ne suis pas pharmacien, mais je suis surpris des réactions virulentes, avec un stéréotype du pharmacien qui manque de discernement. Premièrement mélanger un pharmacien avec une épicerie, quelle connerie!!! Les études de pharmacie nécessitent 6 ans d’études + un concours qui est très difficile. Quant à rendre libre la vente de médicaments, est-ce que vous imaginez la portée d’une telle mesure? Certains peuvent être utilisés comme drogue et d’autres peuvent être dangereux s’ils ne sont pas délivrés sur ordonnance, donc dont la vente est contrôlée. Demander aux pharmaciens de s’implanter dans des régions reculées: 1. Faites-le et on en reparlera. 2. Si l’Etat leur verse un salaire OK, à la rigueur ce n’est pas le cas. 3. La pharmacie est une profession libérale donc le pharmacien vit des revenus de sa pharmacie, par conséquent il s’implante là où il y a un fort pouvoir d’achat «médical». Là, c’est à l’Etat de garantir un pouvoir d’achat à tous afin qu’un pharmacien puisse s’implanter dans des cieux où il pourrait garantir un revenu cohérent avec son niveau d’études. En général, c’est la politique nationale de santé qu’il faut revoir et pas s’acharner sur le pharmacien, garantir l’accès aux soins à tous. Ce n’est pas au privé de le faire mais c’est plutôt à l’Etat. Fri.


Affaire du vaccin contre l’hépatite B (NDLR: Pour rappel, un laboratoire pharmaceutique a été condamné par la justice marocaine à indemniser la famille de l’enfant Achraf Diwane, paralysé à la suite d’une vaccination contre l’hépatite B. Les articles sur cette affaire sont consultables dans nos archives: www.leconomiste.com). RigiditéJ’espère que cette première se répétera plus souvent et dans beaucoup d’autres domaines comme les erreurs médicales, les abus de l’administration, les droits de l’homme, etc. C’est un bon début et une rupture avec la rigidité du passé.Ramses. Ce n’est que justiceCe n’est que justice rendue au plaignant contre certains labos et même cliniques qui se croient au-dessus de la loi et pour lesquels la réalisation de profit élevés et rapides reste l’objectif  premier. Espérons que le ministère de la Santé engagera un programme de mise à niveau des opérateurs et intervenants publics et privés pour l’humanisation et l’accessibilité de la santé pour tous.  M. Benz. Que justice soit faiteLa condamnation d’un laboratoire international par les juges marocains est à marquer d’une pierre blanche dans le registre d’histoire «du Maroc judiciaire». En effet, par cette condamnation c’est tout le système sanitaire qui perd de son invulnérabilité face à la justice. Car, jusqu’à ce jour, les blouses blanches échappaient à l’action de justice. Cette amère constatation laisse les victimes ou leurs parents dans l’incapacité de réagir et demander leur droit ou au moins connaître les raisons des erreurs médicales. Des bavures  sont commises dans les blocs opératoires, les salles de soins et dans les chambres des malades où règne la loi du silence. Nous ne dénonçons pas tous les médecins, mais uniquement ceux qui persistent dans l’erreur par incompétence et/ ou orgueil. Notre association a réservé au sujet une page sur L’Economiste et espère que le Marocain ait les mêmes droits que n’importe quel être humain. AMPOC  

Une première qui a trop tardée

. Affaire du vaccin contre l’hépatite B: Une réaction de BelgiqueLes articles que vous avez publiés sur l’affaire du petit Achraf Diouane ont, dans mon entourage, suscité un vif intérêt. Je tenais à vous en remercier.S’il est vrai que les firmes pharmaceutiques ont tendance à faire croire que «le risque d’une affection postvaccinale demeure dérisoire par rapport au risque que représente la non-vaccination contre l’hépatite B», il convient de ne pas perdre de vue:1. Qu’il existe une sous-déclaration considérable des accidents post-vaccinaux. «Entre 1 et 10% des manifestations postvaccinales indésirables sont signalées au système VAERS: on peut donc supposer que les chiffres réels sont beaucoup plus élevés»(1).2. Aucune étude sérieuse long terme n’a jamais été effectuée sur ces complications. («Les essais cliniques mentionnés dans le « Physician Reference Desk » et les notices de médicaments parlent de 4 ou 5  jours de suivi, une période d’observation trop courte pour vérifier les réponses autoimmunes à long terme» (2).3. Les vaccins n’ont jamais été testés quant à leur potentiel cancérogène, mutagène et tératogène (4).Au cours du Colloque organisé le 5 avril 2002 au Parlement européen «Les vaccinations en question», Bonnie Dunbar (USA), professeur de biologie moléculaire et cellulaire au Baylor College de Houston et expert en matière de vaccinations devait déclarer: «…Bien que des milliards de dollars aient été dépensés pour développer ces vaccins, on notera que  virtuellement aucun budget n’a été débloqué pour étudier les manifestations postvaccinales indésirables: il y a donc de quoi s’inquiéter… En synthèse, il apparaît que nous ne disposons pas de données scientifiques et cliniques suffisantes pour évaluer la sécurité ou l’efficacité des vaccins. Tant que des études moléculaires rigoureuses et des recherches épidémiologiques ne seront pas menées à bien, il sera impossible d’évaluer les risques et les bénéfices de la plupart des vaccins» (3)Je vous prie, Madame, Monsieur de bien vouloir agréer l’expression  de mes salutations très distinguées.R. Hauglustaine, Malonne (Belgique)--------------------------------------------------------1, 2, 3.  Pr. Bonnie Dunbar, Colloque, Parlement européen, 5 avril 2003. «Les vaccinations en question», Ed. Frison-Roche, 20034. «Vaccines and Brain Tumors», Vaccination, août-octobre 1999, V.5, N°3, p.19-20


Les MRE invités à voter

. Merci et sans façonVoter dans des scrutins dont les scores sont connus d’avance, à savoir 99,99% de oui. Non, cela ne m’intéresse pas. Franco-marocain. Enfin!Il était temps! Le droit de vote est une reconnaissance à part entière de la citoyenneté des MRE. Car il est inconcevable que ces Marocains qui participent de forte manière dans l’économie -via transferts et investissements - ne puissent pas faire autant en politique alors que les deux domaines sont indissociables. Pour ce qui est de la méthode, je ne crois pas que ce soit un réel problème surtout avec les NTIC (Internet, GSM...) sachant que ces voies ont déjà fait leurs preuves dans d’autres pays. Et ne dit-on pas que lorsqu’on veut, on trouve le moyen et qu’on ne veut pas on trouve le prétexte.Fre.. Jeune démocratieC’est une initiative royale structurante de notre démocratie. C’est aussi l’ouverture d’un espace de dialogue et de participation des MRE à l’activité et à l’animation des institutions aussi au choix de notre pays. SM le Roi rend justice aux MRE qui ne peuvent être seulement considérés comme une source de transfert de devises. Cette initiative royale annoncée également avec l’ouverture prochaine de la concertation sur le contenu et la forme de l’autonomie élargie, sous souveraineté nationale, de nos provinces au Sahara marocain  sont autant d’initiatives allant dans le sens  du renforcement de notre jeune démocratie. M.Benz   

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc