×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Consommation

Par L'Economiste | Edition N°:2153 Le 17/11/2005 | Partager

Editorial: Butane

LA particularité de certains pays sous-développés réside dans la nature du système d’approvisionnement des citoyens en gaz butane. Depuis longtemps, les pays développés disposent d’un circuit intégré d’approvisionnement en gaz combustible en gestion déléguée par des distributeurs nationaux. Le Maroc fait partie des pays dont le réseau de distribution en gaz butane est réalisé par le biais de bouteilles ou bonbonnes. Ce système repose sur un important pivot de liaison: l’épicier. Ce dernier constitue le principal chaînon entre le conditionneur et le consommateur. De ce fait, il présente en même temps la principale faille du système. En effet, le gaz est un produit à très haut risque. Sa détention et son transport doivent être réglementés et l’autorité responsable de veiller à son application doit être bien définie. Car toute déflagration due à une mauvaise manipulation ou une défaillance de la bouteille peut provoquer des dégâts incommensurables. Pour prévenir de telles catastrophes, certaines recommandations sont nécessaires à mettre en place du conditionneur au consommateur:- le transport des bonbonnes de l’unité de conditionnement à l’épicerie doit être effectué dans des camions spéciaux, dotés de tous les moyens pour assurer la sécurité inhérente à ce mode de transport;- la détention devrait être passible d’une sorte de “permis de confiance”. Et l’exposition pour la vente de bouteilles en pleine rue devrait être interdite. Car, un probable accident de circulation pourrait facilement heurter les bouteilles et provoquer des dégâts aux riverains;- limiter au strict minimum la manutention des bouteilles. Cette action provoque des défaillances indécelables par le vendeur et par conséquent au consommateur. La multiplication d’intervenants engendre une augmentation probable de fausses manœuvres et par conséquent l’augmentation du nombre d’accidents;- prohiber la mise en place des bouteilles chez le consommateur par les commis de l’épicier. Car ces derniers sont généralement des enfants qui ignorent la gravité du risque.En outre, la fabrication et l’entretien des bouteilles au niveau des centres de fabrication et de conditionnement doivent faire l’objet de procédures approuvées par les autorités responsables de la sécurité du citoyen. De même, les services de contrôle devraient vérifier la qualité et la quantité des bonbonnes mises sur le marché national et veiller à l’application des normes fixées par l’Etat. Actuellement, le consommateur est dépourvu de moyens de vérification aussi bien de la qualité que de la quantité des bonbonnes.Bouazza KHERRATI Président de l’[email protected]


Eco-Info

. Attention au brasero!Pour vaincre le froid d’hiver, de nombreuses familles démunies ont recours au brasero. Non averties, elles risquent d’en être victimes. En effet, au cours de sa combustion, le charbon de bois a la particularité d’émettre un gaz inodore, incolore et très toxique: le monoxyde de carbone. Il constitue la première cause d’intoxications mortelles. De ce fait, dans un local fermé ou mal aéré, les personnes s’intoxiquent par inhalation lentement sans s’en rendre compte. Les effets du monoxyde de carbone dépendent à la fois de la concentration de l’air en gaz et la durée d’exposition. Son action est liée à sa fixation sur l’hémoglobine à la place de l’oxygène.Au Maroc, plusieurs familles ont payé de leur vie l’ignorance de ce phénomène. L’utilisation du brasero reste très fréquente dans les villages, les douars et les bidonvilles. Pour pallier de tels accidents, le ministère de la Santé, le ministère de l’Intérieur et les ONG de défense du consommateur, sont appelés à organiser des campagnes de sensibilisation pour éviter de telles catastrophes au début de chaque hiver. De telles actions auront pour objectif la mise en exergue des dangers d’utilisation de ce mode de chauffage et les mesures préventives à appliquer pour éviter les drames. Cette campagne devrait être lancée surtout en milieu rural et être bien appuyée par l’affichage de posters et la diffusion de spots télévisés et radiophoniques.Mohamed MAHBOUBAMPOC- Ké[email protected]. Monoxyde de carbone et seuils de toxicité La toxicité du monoxyde de carbone dépend de sa concentration dans l’air et de la durée d’exposition. La concentration dans l’air de ce dangereux gaz s’exprime en ppm et la durée en heures. De ce fait, les symptômes observés restent intimement liés à ces deux variables comme le montre le tableau.Mohamed OUHSSINEAMPOC- Ké[email protected]


Conseils: Comment bien utiliser votre bonbonne de gaz

La consommation nationale en gaz butane a dépassé 1,3 million de tonnes en 2004. Il circule dans le système de distribution national presque 32 millions de bonbonnes de gaz. Ces dernières sont produites par les six unités nationales et remplies par 31 centres de remplissage, répartis à travers tout le pays. Etant donné la pression sur la demande, cet important nombre est appelé à une croissance certaine qui amplifiera par conséquent le nombre des accidents. Ces dernières surviennent quand les mesures de sécurité ne sont pas appliquées au niveau des usines de fabrication, aux centres de remplissage, aux points de vente et chez le consommateur. La prévention des risques de tels accidents liés à l’utilisation du gaz butane commence dès l’achat du matériel culinaire ou sanitaire. De ce fait, voici des conseils pour éviter de bien tristes événements:- vérifier l’état de la bouteille et s’assurer qu’il n’y a pas de fuites;- refuser les vieilles bonbonnes, les cabossées et les démunies du serti de protection;- avant de brancher la bonbonne, vérifier l’état du joint à l’intérieur du tendeur;- demander un tendeur spécifique pour les chauffe-eau;- vérifier l’état du tuyau et le changer périodiquement;- maintenir les deux embouts du tuyau par des bagues de serrage;- procéder à l’entretien de votre cuisinière et de votre chauffe-eau par un professionnel tous les cinq ans;- fermer les bonbonnes après chaque utilisation;- choisir les cuisinières dont les interrupteurs sont hors de la portée des enfants;- éviter l’installation des cuisinières et des chauffe-eau dans les courants d’air, car il risque d’éteindre la flamme et le gaz s’échappera.Mohamed HIRCHAMPOC- Ké[email protected]

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc