×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Culture

Courrier des lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:1965 Le 24/02/2005 | Partager

Les microcrédits, danger ou sauvetage?

. Attention!Donner des crédits sans bases solides ne peut que compliquer la vie du bénéficiaire. Il faut le conseiller, étudier son projet et surtout le mettre en relation avec d’autres personnes qui possèdent les mêmes idées et compétences. Le crédit agricole avait participé à l’éclatement des foyers en accordant des prêts que le mari détourne pour prendre une deuxième femme au lieu de financer l’achat des semences ou construire une étable. Il y a aussi des femmes qui prennent des crédits pour s’adonner à la contrebande, ce qui tue l’économie marocaine. Taali . Des réponses, SVP!Je commence tout simplement à brosser le tableau de cette expérience fabuleuse d’autant plus qu’il s’agit d’une invention du Tiers-Monde qui s’est propagée à travers le monde. Alors pourquoi les microcrédits? La réponse, c’est que le critère de solvabilité sur lequel se basent les banques pour octroyer des crédits n’est rempli que par les pauvres, qui n’ont rien à mettre en gage et aucun capital pour investir. Donc, les pauvres sont exclus du système bancaire. Une exclusion qui vient s’ajouter à l’exclusion sociale et à la marginalisation (ils se sentent inutiles). Au niveau de l’économie cela se traduit par moins d’épargne, donc moins d’investissements. C’est là où le microcrédit est mis en avant par des associations travaillant dans le secteur de l’économie solidaire et pourrait être une bouée de sauvetage et pour les pauvres et pour l’économie nationale. Je ne fais que jeter les bases du débat, maintenant je pose un certain nombre de questions pour lesquelles je souhaiterais avoir une réponse ou bien débattre: 1) Les microcrédits sont-ils utilisés pour la consommation ou investis? 2) Les gens qui ont bénéficié des microcrédits ont-ils réussi à accéder à la banque par la suite? 3) Le pourcentage des gens qui ont été extraits de la pauvreté grâce aux microcrédits? 4) Quelles leçons peut-on tirer de l’expérience des microcrédits au Maroc? Mohammed . Les petits ruisseaux.... Les microcrédits ont permis à l´Inde et d´autres pays d´Asie de faire des progrès économiques remarquables. En Afrique subsaharienne aussi (surtout les femmes). Chez nous, c’est surtout les femmes (tissus, couvertures, djellabas, caftans, etc.) ou petit commerce (achat de produits à Fnidec ou Sebta et revente), peut-être quelques petits projets aussi. Cependant, on oublie une chose capitale: pour que le microcrédit réussisse, il faut que les grands industriels (artisanat, chaussures, textiliens, etc.) changent de mentalité et fassent comme leurs concurrents en Inde, Portugal etc., c´est-à-dire voir un potentiel dans toutes ces petites entreprises motivées, leur fournir l´infrastructure, leur faire des commandes, les aider avec le matériel et l´apprentissage à ce matériel pour éviter justement que le microcrédit ne devienne une soupape de sauvetage (capital consommé), ce qui est le cas. Il faut encourager le microcrédit mais en même temps essayer de dépasser le stade primitif actuel pour faire de ces milliers de femmes (la plupart..) des éléments bien intégrés dans l´économie nationale. Un exemple: puisque le tourisme est à la mode et puisque notre infrastructure en dehors des hôtels 5 étoiles est lamentable (absence de W-C, saleté etc), il faudra identifier les petits entrepreneurs intéressés de gérer des...W-C modernes (avec standard moderne mais construit en traditionnel quels beaux W-C!) et le touriste national ou étranger payera 5 ou 10 DH par visite dans ces W-C (avec eau courante, savon serviettes propres etc.). D´une part. De l´autre, il manque aussi des endroits sûrs où entreposer ses bagages, changer ses habits, prendre une douche ou se raser en dehors des hôtels. Pourquoi ne pas cibler justement le manque dans chaque secteur (les téléboutiques ont été un succès) et inciter les intéressés aux microcrédits à se diriger vers un secteur où la demande est réelle? Dans ce domaine les responsables manquent de vision. Pour l´exemple des WC, ce secteur existe déjà (W.C clef en main) ailleurs, mais aucun ingénieur marocain n´est capable de concevoir un système simple (matériaux traditionnels) et installer ces unités partout (emplois, développement, possibilité d´exportation!) et gérés par les bénéficiaires du microcrédit. Les petits ruisseaux forment les grandes rivières. Dr Zoubir


Moudawana: Le bilan

. Qui se marie ? Il serait utile de rajouter l’évolution du taux de mariage pendant cette période. Car les statistiques qui sont données, ne peuvent pas refléter une tendance réelle compte tenu du peu de temps passé depuis la nouvelle Moudawana. Il me semble que la principale tendance à surveiller, est l’impact des nouvelles mesures sur le nombre de célébrations.... si les nouvelles mesures dissuadent les candidats au mariage, nous assisterons à un problème d’une autre nature. En tout état de cause, la nouvelle Moudawana est une bonne chose, car la femme était malmenée dans les textes mêmes, maintenant il faut parachever la lutte sur le terrain, et nous savons tous combien le fossé est grand entre l’écrit et la pratique dans notre cher pays bien-aimé. Abdou (Paris) . C’est positif C’est positif, mais les hommes se marient de moins en moins et les derniers résultats du recensement ont démontré que la population vieillit. Un autre point, la prostitution a gagné du terrain. Il faut trouver une solution à ce fléau en encourageant les jeunes à se marier à partir d’un certain âge, en donnant des facilités à l’accès aux logements, en relevant les allocations familiales pour le 1er enfant. T.A. . Du temps! Ce n’est pas en une année qu’on peut tirer les conséquences de cette moudawana. Il faut voir ça dans 10-20 ans. C’est une excellente chose pour notre pays (homme et femme). Nous allons avancés petit à petit. Il faut que les juges mettent un peu de volonté pour réussir cette marche. Je suis confiant en la femme marocaine. Bravo à notre Roi d’avoir eu le courage de bousculer les choses et en ce moment. Aziz


Affaire Slimani-Laâfoura: Quel jugement?

. Jurisprudence Le mieux serait d’inviter ces gens à rembourser ce qui peut l’être et en faire une jurisprudence qui doit s’étendre à tout le monde. Charaf . Sous les verrous Ces deux criminels doivent être mis sous les verrous et pour de longues années. Hicham . Pas criminelLaâfoura et Slimani sont peut-être des voleurs et des détonateurs de biens publics, des trafiquants d’influence, mais pas des criminels; cela reste à voir après le jugement. Il faut faire attention aux mots, sinon plus personne ne pourra parler et discuter, et c’est la mort de la démocratie. Moi je pense que ce ne sont que des règlements de comptes pour laisser la place à d’autres, qui trafiquent leur influence dans les hautes sphères et qui bientôt encaisseront de l’argent pour ça et se feront des vies en or, comme Laâfoura et Slimani.Malika Y.. Règlement de compte L’affaire Slimani et co n’est qu’un règlement de compte entre la nouvelle ère et l’ancienne. Ce problème est déclenché pour la vengeance et non pas pour la réforme administrative. Chafik . Bonne gouvernance J’espère que justice sera faite et que les soubassements politiques n’entacheront pas cette démarche. Objectif: donner une bonne leçon aux responsables actuels et futurs et rétablir la culture de l’intérêt général et de la noblesse du service public. Il s’agit également d’un acte fort de bonne gouvernance et d’une gestion saine de la chose publique. Un citoyen A Bou Nada. Le mal Ce cas n’est pas isolé comme à l’instar de ce qui s’est passé dans les organismes étatiques (Banque Populaire, CIH, CNSS, Crédit Agricole). Il faut s’attaquer au mal à la racine et rendre les procès publics. Taali . C’est du cinémaCe n’est que du cinéma. Tout continue comme il y a 20 ans: vol, corruption, paresse, violation des droits de l’homme. Ce n’est pas à la justice de faire la loi, c’est au peuple marocain, tout entier, de se comporter en humain et de croire au travail et au travail encore. Nous ne travaillons pas beaucoup. Aziz . Et alors? Laâfoura a pris de l’argent dans la caisse de l’Etat, et alors? Ils font tous la même chose. Il ne faut pas qu’il paie à la place des autres. Zidane P .. Connotations C’est toute une page de l’histoire du Maroc qui se trouve en cause dans les affaires Laâfoura-Slimani. Je pense que le mieux serait de distinguer entre l’aspect purement matériel de cette affaire de ses connotations politiques qui doivent être traitées dans un tout autre contexte. Pour les détournements, abus de confiance et autre, s’agissant d’une certaine époque, le mieux serait d’inviter ces gens à rembourser ce qui peut l’être et en faire une jurisprudence, qui doit s’étendre à tout le monde. A partir d’une certaine date, dans le Maroc nouveau que nous espérons tous, la méthode sera plus légaliste. Quant à l’aspect politique, il convient de le traiter de manière intelligente, le dénoncer et le transcender. Ce jugement ne pourra produire ses effets positifs que s’il induit une démarche pédagogique, un peu comme le procès des années de plomb. C’est le point de vue d’un citoyen qui n’aspire qu’à la prospérité intellectuelle de notre pays, laquelle sera le véritable indicateur de notre niveau de maturité politique vis-à-vis de l’étranger. Lecteur assidu. Qui l’a nommé? Qui a nommé Laâfoura et ses semblables? C’est maintenant qu’on découvre que c’est un bandit? Il suffisait de connaître son «parcours universitaire» et ses origines pour deviner ce qu’il était. Des Laâfoura pullulent encore dans nos différents ministères, mais malheureusement, personne ne s’en soucie. Donc c’est un non-événement créé pour distraire le simple citoyen avide de vengeance de cette classe chargée de diriger ses affaires. Simplement, si le Maroc n’a jamais pu décoller économiquement, c’est grâce aux choix faits au niveau des hommes chargés de le diriger. L. B.. Qui n’a pas contrôlé? L. B. assure qu’il suffisait de connaître le parcours universitaire de Lâafoura et ses origines pour deviner ce qu’il allait advenir. Tu crois aux devins? Non, monsieur, on n’a aucun droit de juger ou préjuger les gens selon leurs origines. J’estime que la bonne question serait «Qui ne l’a pas contrôlé?» (lui, les autres, tout le monde). N’importe quelle personne, s’il n’y a pas des garde-fous, des contrôles, des demandes de compte, se permet à un moment ou un autre de «travailler» ses intérêts personnels et oublie l’intérêt général. Seule la démocratie, avec ses différentes institutions de contrôle et ses pouvoirs indépendants prémunit (pas à 100% bien sûr) les sociétés contre ce genre de situation. Même la morale religieuse n’y pourra rien. Alors tant qu’il n’y a pas de contrôle des individus et des institutions par des institutions élues démocratiquement, par de véritables partis politiques et par une presse libre, indépendante et professionnelle, et par des associations citoyennes, il y aura toujours des Laâfoura, Slimani et compagnie. Aziz le Méditerranéen


Après l’Irak, la Syrie menacée?

. Hitler à l’américaine Si Bush attaque la Syrie, on va sûrement nous retrouver avec un Hitler à l’américaine. Franchement, il va un peu trop loin. Il fallait s’y attendre, après la Syrie ça sera le tour du Soudan ou l’Iran! Seule la Libye a anticipé les choses. Qu ‘attend le régime syrien pour démocratiser le pays?Hatim D. . Régime ambigu Je n’aime pas du tout le Texan mais le régime de Damas n’est pas clair non plus. Certes, le Liban faisait partie de la Grande Syrie comme le Koweït faisait partie de l’Irak, mais le Liban devra recouvrir sa totale souveraineté et espérons qu’il ne connaîtra plus une seconde guerre civile. B. . Méfiance Beaucoup d’encre a coulé à propos du «Shame», de la péninsule arabique et de tous les pays arabes et musulmans. Le message adressé par les puissants est net et clair. Il faut que les pays visés le comprennent le plus vite possible. Ils ont à choisir entre «se renforcer et affronter» ou «céder et préparer». Beaucoup de temps s’est écoulé depuis l’indépendance de ces pays. S’ils se colonisent cette fois-ci, la décolonisation sera trop coûteuse. Méfions-nous et soyons patriotiques. Ahmed . Le lion et l’agneau... Il ne faut pas vendre la fourrure du dromadaire avant de l´avoir tué. Ceci est valable pour l´Irak (le problème n´est pas du tout résolu encore et ne le sera pas pour plusieurs mandats de présidents américains...) et c´est aussi valable pour la Syrie. Quant à la «démocratie», ce n´est pas à Bush héritier d´à peine de deux siècles de civilisation de l´obliger au «Grand Moyen-Orient». Certes, la Syrie, l´Irak, etc. ne sont pas les champions des droits de l’homme et de la démocratie mais ces pays ont juste secoué le joug de l´Empire ottoman, se débattent dans une région qui explose à chaque minute, ont la mauvaise chance de se trouver près du pétrole et donc sont une proie légitime. On connaît la vieille chanson de civiliser les peuples (coloniser) mais on connaît aussi l´histoire de l´Irak, de la Syrie etc, une histoire millénaire. Si Bush raisonne en terme d´années, la logique de ces pays repose sur des millénaires. La démocratie est comme l´alcool. A petites doses c´est conseillé sur le plan médical. A grandes doses, c´est l´ivresse et les hallucinations. Bush, commencez par indemniser les Amérindiens refoulés dans des réserves sur le sol de leurs ancêtres noyé dans le sang au nom de la «démocratie», sans oublier la situation des Noirs et autres minorités, ensuite laissez aux Irakiens, Syriens et autres (les peuples) former eux-mêmes leur démocratie. Pourquoi ne menacez-vous pas la Chine Communiste forcément antidémocrate? Dr Zoubir


Corbeaux, attention à vos plumes!

Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc