×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Conjoncture
    Les ménages consommeront moins au 2e semestre

    Par L'Economiste | Edition N°:3122 Le 06/10/2009 | Partager

    . Le rythme ralentira à 7,3% à fin 2009. Derrière cette inflexion, l’inflation et la baisse du pouvoir d’achat Inquiétantes prévisions que celles qui concernent l’évolution de la consommation des ménages à fin 2009. Selon Bank Al-Maghrib (BAM), la consommation intérieure poursuivra son essoufflement, achevant l’année à seulement 7,3%. Soit à un rythme largement inférieur à celui de 2008, où elle s’était pourtant bonifiée de 12,6%. Dans le détail, la consommation finale des ménages augmentera de 7,1%, alors qu’elle arborait une progression à deux chiffres une année auparavant (+14,1%).Derrière cette inflexion, le retour de l’inflation, qui n’a pas manqué de provoquer une diminution certaine du pouvoir d’achat des particuliers. Il faut dire que le mouvement baissier de l’inflation, entamé depuis juin 2008, et qui s’était poursuivi jusqu’en juillet 2009, s’est subitement interrompu à la fin de l’été dernier. Ce qui a entraîné une hausse des prix de certains produits alimentaires frais, notamment les viandes et les légumes. L’autre indicateur qui a fortement pesé sur le pouvoir d’achat est relatif à l’évolution du crédit bancaire. Certes, les dernières statistiques de BAM font état d’un léger redressement observé au niveau des crédits dans leur ensemble. Cependant, l’analyse par agent économique démontre que cette hausse a surtout concerné les concours alloués aux entreprises, au détriment des crédits destinés aux particuliers qui n’ont, eux, que très légèrement augmenté.A côté, l’amélioration des indicateurs du chômage observée au deuxième trimestre 2009 devra, en quelque sorte, contribuer à consolider le revenu des ménages, en renforçant leur pouvoir d’achat.D’ailleurs, concernant les salaires, les résultats de l’enquête de conjoncture de BAM dans l’industrie pour le second trimestre 2009, indiquent une hausse des revenus mensuels tous azimuts (le solde d’opinion de l’enquête avait avoisiné les 41%). Toujours selon la Banque centrale, le salaire horaire minimum des ouvriers et employés de l’industrie, du commerce et des professions libérales avait affiché une augmentation de 5% en nominal.Pour sa part, la deuxième revalorisation du Smig et des salaires dans la fonction publique, qui avait pris effet depuis juillet dernier, devra également pallier la baisse attendue du pouvoir d’achat. Signalons que selon les prévisions de BAM, la consommation finale des administrations publiques devra parallèlement évoluer à un rythme supérieur à celui de l’année précédente.Pour rappel, la consommation publique a enregistré, au terme des sept premiers mois de l’année, une augmentation de 10,1% des dépenses de fonctionnement, en liaison avec celles de 6,1% des charges de personnel et de 17,4% des dépenses au titre des autres biens et services.Mohamed MOUNADI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]m
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc