×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Politique

Congrès USFPLe projet de plate-forme politique de la social-démocratie

Par L'Economiste | Edition N°:986 Le 30/03/2001 | Partager

. L'une des priorités des actions du congrès sera d'élaborer un projet de réforme de la vie interne du parti sur des bases démocratiques. Il s'agit de mettre en place une “nouvelle culture politique” et organisationnelle sur la base de préceptes comme “la compétence et les idées” Difficile de ne pas adhérer aux grands principes de l'Internationale Socialiste, dont les valeurs se basent sur la “liberté, la justice et le progrès”. Ce ne seront sans doute pas les points de divergence des congressistes de l'USFP (Union Socialiste des Forces Populaires) réunis en cette fin de semaine en un congrès historique. A côté du petit livre blanc de l'Internationale Socialiste rappelant les grands préceptes de la social-démocratie, l'USFP propose sur son jeune site Web le projet de plate-forme politique de son VIème congrès. Ce document de 38 pages rédigé dans un style indigeste pour le néophyte vise à servir de base de réflexion aux militants. Heureusement que la correction laisse à désirer: il y a quelques coquilles à double sens fort rigolotes. Les messages sont confus et la rédaction traduit la nécessité de parvenir à un compromis entre les différentes forces en présence. L'USFP se définit comme un “mouvement de masse reprenant à son compte les multiples dimensions de l'identité marocaine fondée sur l'ouverture et la tolérance”, l'islam ayant bien évidemment contribué à la “cristallisation du sentiment national”. Lire en décodé que les islamistes n'ont pas le monopole en la matière. Dans un des volets de ce projet de plate-forme, les rédacteurs font un rappel historique de l'itinéraire idéologique de ce parti de gauche avec les grandes dates et les courants forts qui l'ont marqué. Ils insistent sur l'originalité de l'expérience locale dont la pensée a été adaptée “au contexte marocain”. L'USFP inscrit parmi ses défis en priorité la mondialisation de l'économie et sa libéralisation. “Il n'est pas possible aujourd'hui sous prétexte de spécificité de s'enclaver dans une pensée locale prétendument capable de se soustraire aux effets de l'évolution mondiale”, souligne le projet. Il attire l'attention sur la résistance à un tel mouvement. “Il s'agit donc d'évoluer des économies de l'ère industrielle à celles de la connaissance et de la communication dans un marché global et mondialisé prenant en compte la dimension environnementale dans l'équation du développement et du progrès”.. Moderniser ses institutionsL'option socialiste démocratique est donc proposée comme la meilleure face aux mutations internationales et à l'évolution nationale. Pour le choix marocain, elle doit toutefois ne pas être une simple transposition ou arabisation des innovations des autres, “mais une contribution originale faite sur la base d'une analyse mûre et un diagnostic réaliste des conditions de notre pays, de notre société et des circonstances générales qui ont entouré et entourent notre pratique politique”. Il est clair qu'aujourd'hui ce parti de gauche est en face d'une nouvelle génération et d'un contexte socio-économique qui a fortement évolué. L'accélération du processus de modernisation de la société marocaine a débouché sur la naissance de forces nouvelles, dont il faut désormais tenir compte. La première tâche urgente est une réflexion profonde sur son identité social-démocrate à travers les conflits qui ont animé la vie politique cette dernière décennie.Dans ses missions principales et les priorités urgentes de son programme politique, l'USFP met en tête la poursuite de réformes destinées à la modernisation de ses institutions. Il considère la réforme politique comme inséparable de la “moralisation de la vie publique, du renforcement de la démocratie locale et de la consolidation de l'Etat de droit”. Les phénomènes de perversion, de fraude et corruption représentent des “périls mortels pour le service public et l'Administration”. La lutte contre eux est pour l'USFP un combat important.L'USFP souhaite également avoir une légitimité par les urnes en faisant de l'option démocratique un choix stratégique global et irréversible. Il tire d'ailleurs les leçons des expériences électorales précédentes. Il s'agit maintenant de donner un “nouveau souffle à l'élection en tant que choix libre et conscient des citoyens”. Pour cela, il compte jouer un rôle actif “en agissant au niveau du découpage électoral, en préparant et contrôlant les listes, et en garantissant les conditions de la concurrence électorale sur des bases non entachées d'intervention administrative, de tromperie, d'exploitation de la situation sociale des électeurs, de l'emploi de l'argent pour pervertir l'opération électorale et de l'instrumentalisation des relations clientélistes avec l'administration”.


L'économie solidaire, un concept usfpéiste

Au niveau économique, l'USFP développe une nouvelle notion qu'il envisage de concrétiser, celle de “l'économie solidaire”. Il rappelle que le fossé social existant actuellement résulte d'un mode de gestion fondé sur “l'hégémonie des réseaux, des privilèges, du népotisme, de la logique de rente, des différentes formes de corruption administrative”. Il s'agit d'y mettre un terme et de réemployer les ressources nationales de manière à intensifier les opportunités d'investissement, de production et d'emploi. L'objectif est noble, mais la vision de l'USFP en matière d'économie solidaire reste relativement floue. Le projet de plate-forme explique simplement qu'il s'agit d'une alternative à l'économie de rente. Le concept de justice sociale évoluant vers un mode de pensée politique et sociale qui privilégie l'égalité des chances.. La vision usfpéiste intégrant la femme Interpellés sur la question de la femme dont la situation inégalitaire est flagrante, les rédacteurs du projet de plate-forme rappellent que cet état de faits “hypothèque les possibilités d'un développement intégré et intégrant les énergies de la société et condamne l'ensemble des processus d'évolution à la marginalité”. Face aux nombreuses résistances, l'USFP préconise une stratégie partisane et d'information claire pour sensibiliser sur l'importance de la promotion de la femme dans toute action de développement global et donner à cette stratégie une dimension populaire qui la mettrait à l'abri des enjeux politiques conjoncturels et bornés. Dans cet ordre d'idées, le projet du plan national d'intégration de la femme au développement représente un programme minimum destiné à corriger le déséquilibre sociétal existant dans ce domaine aussi bien au niveau économique que social. F. M.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc