×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
Economie

Commerce extérieur
Le déficit continue de s’aggraver

Par L'Economiste | Edition N°:1763 Le 07/05/2004 | Partager

. A fin mars, il s’est creusé de 14,7% par rapport au 1er trimestre 2003Le premier trimestre n’a pas été de meilleur cru en termes de transactions commerciales. A fin mars, celles-ci ont enregistré une hausse due essentiellement aux importations. Ainsi, le déficit commercial a atteint quelque 14 milliards de DH, s’aggravant ainsi de 14,7% par rapport au niveau enregistré une année auparavant (12,2 milliards de DH), selon les derniers chiffres de l’Office des Changes. Cette aggravation s’explique par la hausse de 7,5% des importations, qui ont atteint 35,7 milliards de DH, face à une hausse moins importante des exportations, qui sont chiffrées à 21,7 milliards de DH à fin mars 2004 contre environ 21 milliards durant la période correspondante de 2003 (+3,3%). Devant cette évolution contrastée, le taux de couverture des importations par les exportations a perdu 2,5 points, passant de 63,3 à 60,8%.. Progression à l’exportGlobalement, les transactions commerciales avec l’extérieur ont totalisé quelque 57,44 milliards de DH à fin mars 2004 contre 54,25 milliards une année auparavant, soit une hausse de 5,9%.La progression au niveau des exportations a concerné essentiellement les exportations de phosphates et dérivés, qui ont atteint 3,4 milliards de DH au lieu de 2,88 milliards, soit une hausse de 18%, indique l’Office des Changes qui note que la part des phosphates et dérivés dans le total des exportations a gagné 2 points pour se stabiliser autour de 15,7% à fin mars 2004.Les exportations hors phosphates et dérivés sont demeurées, quant à elles, relativement stables, passant de 18,14 milliards de DH à 18,32 milliards.De son côté, la hausse des importations est imputable aussi bien aux importations hors pétrole (4,6%), qu’aux acquisitions des produits pétroliers (64,9%). En effet, la facture pétrolière s’est élevée, au terme des trois premiers mois de l’année en cours, à quelque 2,68 milliards de DH contre 1,62 milliard une année auparavant. Cet accroissement s’explique essentiellement par la hausse du volume importé, qui est passé de 693.000 tonnes à quelque 1,31 million de tonnes entre les deux périodes sous revue. Le prix moyen de la tonne importée s’est allégé de 13%.Les importations hors pétrole restent, pour leur part, marquées par les hausses des acquisitions des biens d’équipement (15,1%), des biens de consommation (9,5%), des produits alimentaires (18,2%) et des demi-produits (16,5%). Au niveau des flux financiers, les recettes au titre des investissements et prêts privés étrangers avoisinent 1,7 milliard de dirhams. Les recettes MRE continuent de progresser. Elles ont augmenté de 5,7%. De leur côté, les recettes voyages se sont améliorées de 7,3% et les dépenses ont diminué de 2,8%, ceci a permis de dégager un excédent en accroissement de 9,8% par rapport à la même période de l’année dernière. En définitive, les avoirs extérieurs nets de l’Institut d’émission se situent à 125,4 milliards de dirhams et représentent plus d’un an d’importation de marchandises. M. Ak. et (MAP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc