×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Economie

Recensement: Derniers préparatifs avant le démarrage

Par L'Economiste | Edition N°:1763 Le 07/05/2004 | Partager

. L’opération se déroulera du 3 au 20 septembre prochain. Les citoyens sont appelés à faire preuve d’un maximum de coopération. L’enveloppe allouée est de près de 600 millions de dirhams Nouvelle étape dans la phase préparatoire du recensement général de la population et de l’habitat 2004. Après avoir défini la méthodologie à suivre et les principaux axes de travail, le haut-commissariat au Plan vient de finaliser le plan d’action. C’est donc un Ahmed Lahlimi Alami, haut-commissaire au Plan, serein et pragmatique que la presse a rencontré, le 6 mai à Casablanca. La conférence organisée par son département est devenue un rituel depuis que les instructions royales ont été données, en décembre 2003, pour effectuer un nouveau recensement de la population. Cinquième recensement du Maroc depuis l’indépendance, il est aussi le premier de ce XXIe siècle. C’est donc sans surprise que Lahlimi affirmait, dès le début de la conférence de presse, que “2004 est une année décisive à plusieurs égards. Elle représente la dernière année du plan quinquennal 2000-2005. Elle est aussi celle de la mise à niveau globale de l’économie précédant la libéralisation prévue dans le cadre des accords de libre-échange du Maroc”. Avec le ministère de l’Intérieur, le haut-commissariat au Plan se chargera d’effectuer ce recensement dans les meilleures conditions. Une note allant dans ce sens vient d’être adressée aux services des différentes préfectures du Royaume afin de leur en exposer les objectifs et surtout les appeler à coopérer au mieux pour que l’opération soit un succès. C’est du moins ce que souhaitent les responsables de l’opération qui la qualifient de “cruciale”, en prévision des prochaines années.Le recueillement des informations auprès de la population se fera du 1er au 20 septembre 2004. Cette phase sera précédée d’une vaste campagne de communication. Dès le mois de mai, spots télévisés et presse écrite relaieront les différents messages destinés à sensibiliser la population. Elle battra son plein à partir du 14 août, quelques jours avant le lancement de l’opération. Le volet de la sensibilisation, “fondamental pour effectuer un recensement fiable”, est un de ceux auquel le département de Ahmed Lahlimi et du ministère de l’Intérieur accordent le plus d’attention. “Les citoyens doivent être coopératifs, accepter de recevoir les agents et répondre à leurs questions”. Il devait à cet égard préciser que les données fournies par les familles interrogées n’étaient pas personnalisées. Côté moyens humains et matériels, ce ne sont pas moins de 40.237 agents qui seront mobilisés, 11.765 contrôleurs, 833 superviseurs, 19.000 auxiliaires des autorités locales et 4.450 véhicules. L’enveloppe allouée à l’opération est de quelque 600 millions de dirhams. Trois catégories de population seront soumises au questionnaire: les ménages ordinaires (sédentaires et nomades), la population comptée à part (militaires, détenus...) et la population de passage (celle dont la durée de résidence dans le ménage recensé ou dans l’établissement de passage est inférieure à 6 mois). L’objectif principal est de disposer des informations les plus exhaustives possibles. Plusieurs thèmes seront abordés: la démographie, le niveau d’instruction et de scolarisation, l’existence de handicaps, l’activité économique, l’habitat, les conditions d’habitation, les constructions (type de construction, nombre de niveaux...). La méthodologie de travail et les normes utilisées sont celles consacrées au niveau international.Ce recensement permettra de déterminer l’ensemble de la population légale du pays. En 1960, elle était de 11.626.232. Elle est passée à 15.321.210 en 1971 pour grimper à 20.449.551 en 1982 puis à 26.073.717 en 1994.Ce cinquième recensement devrait pour sa part apporter des nouveautés. En matière de réponse aux besoins en information: des données nouvelles sont venues allonger la liste des thèmes abordés. C’est le cas des langues locales ou encore des handicaps ou de la vétusté des logements. Les travaux cartographiques ont aussi été améliorés par rapport aux précédents recensements, et le suivi de son déroulement devra se faire en temps réel sur le terrain. “Le monde a évolué. Nous ne pouvions donc pas utiliser les mêmes méthodes”, explique Lahlimi. Hormis les aspects techniques, par ailleurs fondamentaux, le haut-commissaire au Plan, ex-ministre de la PME et militant de longue date au sein de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), place ce recensement dans un cadre beaucoup plus global. Pour lui, “c’est le premier recensement d’un projet de société que SM le Roi a défini comme une société de démocratie, de droits de l’homme, de modernité, d’ouverture et de responsabilité”.Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc