×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Comment évaluer l’efficacité d’un médicament?

Par L'Economiste | Edition N°:2126 Le 10/10/2005 | Partager

. La notion du service médical rendu prend de l’importance. La loi 17.97 réhabilite le brevet pharmaceutiqueAvec les réformes du système de santé, le débat sur la rationalisation des dépenses médicales est devenu d’actualité. C’est ainsi que l’Association Club du Médicament, avec le soutien de Maroc Innovation et Santé, a organisé, fin septembre, un symposium sur la notion de «service médical rendu» (SMR). Durant cette journée d’étude, qui s’est tenue à la Faculté de médecine de Casablanca, les intervenants ont focalisé leur intervention sur les différents aspects de ce concept. Ainsi Nafissa Belcaid, chef du département des Brevets et Dessins auprès de l’OMPIC (Office marocain de la propriété industrielle et commerciale), a notamment présenté la nomenclature juridique régissant la propriété industrielle du médicament. Le dahir de 1916 et la loi de 1938 excluaient la protection du produit pharmaceutique. A partir de 1996, la ratification de l’accord dit Adpic permettra la mise en place de la procédure du Mail Box. Celle-ci assurera au médicament une protection juridique qui lui faisait jusque-là défaut. Avec la loi 17.97 relative à la protection de la propriété industrielle, celle-ci sera renforcée par la délivrance d’un brevet pour les médicaments. Cette réhabilitation juridique aura un double effet. Le propriétaire du brevet pharmaceutique pourra se prévaloir d’un droit exclusif d’exploitation. Quant au public, il disposera d’une source d’information structurée et fiable. Le professeur Bertrand Diquet quant à lui, a mis l’accent dans son intervention sur les aspects thérapeutiques du SMR. Il s’agit de la biodisponibilité et de la bioéquivalence. La première permet d’apprécier la dose médicamenteuse disponible qui agira réellement sur l’organisme. La seconde détermine si des doses comparables dans l’organisme peuvent avoir un même effet. Selon le professeur Jacques Massol, vice –président de la commission de transparence relevant de la haute autorité de santé en France, «La prescription de médicaments génériques par souci d’économie, peut provoquer parfois des résistances au lieu d’une guérison.» Selon le professeur Farid Hakkou, président du Club Médicament, «le SMR détermine l’apport réel d’un médicament pour le patient et indirectement pour la communauté. Au-delà de l’efficacité et de la tolérance, il vise aussi l’amélioration de la qualité de vie ressentie par le patient.» Finalement, on passe du degré d’efficacité et du rapport bénéfices/risques du médicaments à la place de ce dernier dans la stratégie thérapeutique.


ASMR, notion dérivée du SMR

L'existe une autre notion «dérivée» du SMR, l’amélioration du service médical rendu (ASMR). Elle s’évalue en France à six niveaux:Niveaux 1: Progrès thérapeutique majeurNiveaux 2: Amélioration importantes en termes d’efficacité thérapeutique et/ou de réduction des effets indésirablesNiveaux3: Amélioration modeste Niveaux 4: Amélioration mineure en terme d’éfficacité thérapeutique et/ou d’utilité au plan clinique (acceptabilité, commodité d’emploi, observance) complément de gamme justifié ou avantage potentiel lié aux propriétés pharmaceutiques ou au moindre risque d’interaction médicamenteuse.Niveau V: Pas d’amélioration avec avis favorable à l’inscriptionNiveau VI: Avis défavorable à l’inscription collectivité ou sécurité sociale.ASMR 00: Amélioration difficile à préciser.Source: Club du médicamentFaiçal FAQUIHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc