International

Cisjordanie : Israël joue-t-il la carte de l’apaisement?

Par L'Economiste | Edition N°:2415 Le 05/12/2006 | Partager

. L’armée a pour consigne de garder le sang-froid LE gouvernement israélien a donné, le 4 décembre, pour consigne à l’armée de jouer la carte de l’apaisement en Cisjordanie. Mais il s’est abstenu d’élargir à ce territoire le cessez-le-feu en vigueur dans la Bande de Gaza. L’objectif annoncé est de préserver la trêve en vigueur et de ne pas donner de prétexte aux groupes armés palestiniens pour reprendre leurs attaques à partir de la bande de Gaza ou de commettre des attentats en Israël. Toutefois, le cabinet a écarté à ce stade l’option d’étendre la trêve, à la demande expresse de l’état-major, qui a multiplié ces derniers jours les mises en garde. La veille, deux groupes armés palestiniens avaient menacé de reprendre dans les deux semaines les tirs de roquettes contre Israël à partir de la Bande de Gaza, si la trêve convenue avec l’Etat juif n’était pas étendue à la Cisjordanie. Il s’agit des Brigades des martyrs d’Al-Aqsa et du mouvement le Jihad islamique. Parallèlement, un ministre israélien s’est déclaré, le 4 décembre, prêt à envisager la libération de Marwan Barghouthi, le leader du Fatah en Cisjordanie, condamné à la prison à vie par un tribunal israélien pour implication dans des attentats. A condition qu’ une telle libération conduise l’Autorité palestinienne à s’opposer réellement au «terrorisme» et à «empêcher la contrebande d’armes de l’Egypte vers Gaza», a déclaré le ministre de l’Environnement Gidéon Ezra. C’est la première fois qu’un ministre de l’actuel gouvernement envisage la libération de Marwan Barghouthi. De son côté, le Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, est arrivé, le 3 novembre à Damas, dans le cadre de sa première tournée à l’étranger qui l’a déjà mené notamment en Egypte et au Qatar. Pour sa part, le Qatar a promis de payer les salaires de tous les fonctionnaires du ministère de l’Education, estimés à près de 40.000 personnes. Ce qui représente environ 22,5 millions de dollars par mois de milliers fonctionnaires palestiniens.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc