×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Casablanca/Grand stade: Un concours d’architecture pour rien

Par L'Economiste | Edition N°:3380 Le 11/10/2010 | Partager

. Le troisième appel sera lancé le 15 novembre prochain. Après Bouskoura et Sidi Moumen, Tit Mellil est l’emplacement retenu. Livraison prévue en 2015 au lieu de 2013Le troisième devrait être le bon! Après Bouskoura et Sidi Moumen, Tit Mellil est l’emplacement que le ministère de la Jeunesse et des Sports vient de valider pour l’implantation du futur grand stade de Casablanca. L’information a été confirmée par le président du directoire de la Société nationale de réalisation et de gestion des stades (Sonarges), Khalil Benabdellah. «Nous avons décidé de transférer le stade à Tit Mellil pour plusieurs raisons dont la proximité du centre-ville, la fluidité de la circulation et la densité par habitant», indique Benabdellah. Aussi, un concours relatif à la conception architecturale de ce stade sera lancé le 15 novembre prochain. Pour la petite histoire, les résultats du dernier concours d’architecture ont été annoncés en mars 2010 (cf. www.leconomiste.com, édition du 24 mars 2010). Et c’est un groupement franco-marocain, composé de la société casablancaise «Archi Design» et du cabinet parisien d’architectes «SCAU» (Société de conception d’architecture et d’urbanisme), qui avait remporté la compétition. Pas moins de deux semaines après l’annonce de ce verdict, un communiqué conjoint des ministères de la Jeunesse et des Sports et de l’Equipement et du Transport vient aviser qu’«il n’y aura pas de suite à ce concours». Sans doute, la décision a surpris les architectes gagnants. Le transfert du stade a été justifié par «des raisons de réaménagement des priorités relatives aux équipements sportifs et de meilleure prise en compte des contraintes urbanistiques de la région du Grand Casablanca en général et du site de Sidi Moumen en particulier». Une manière implicite pour dire que le projet de stade sous forme de «rose des sables», tel qu’il a été conçu par Archi Design et SCAU, tombe malheureusement à l’eau. Selon Benabdellah, «le choix d’un nouveau site implique automatiquement une nouvelle conception architecturale et urbaine du projet». «Le prochain concours sera ouvert aussi bien aux architectes marocains qu’étrangers», renchérit-il. Pour l’heure, la Sonarges est en train d’étudier ce fameux projet. Entamées depuis juin dernier, les études devraient être achevées vers décembre 2011. «Les études relatives à la réalisation d’un stade commencent généralement par une étude de la programmation urbaine et architecturale», explique le président du directoire de Sonarges. Et d’ajouter, «la programmation va nous permettre de définir le plan directeur du site, le programme immobilier à y implanter, la surface nécessaire au sol, l’articulation entre les éléments de ce programme, les flux générés, le plan de la desserte ainsi que le plan de stationnement». Parallèlement aux études, le cahier des charges relatif aux travaux de construction du stade est en cours d’élaboration. Le chantier sera lancé à partir de janvier 2012. Selon le calendrier de la Sonarges, les travaux devraient durer quelque 36 mois pour une livraison en 2015. Le stade sera implanté sur un terrain de 64 hectares au lieu de 100. Son coût de réalisation est toujours évalué à 2,08 milliards de DH. Il devra accueillir en résidence les deux plus grands clubs de football du Royaume. D’une capacité de moins de 80.000 places, le futur stade de Casablanca sera doté d’une foire d’expositions, d’un centre de conférences et séminaires et d’un musée de sport. «C’est un complexe intégré new génération qui abritera aussi bien des évènements sportifs que des concerts de musique», tient à préciser Benabdellah.


Indemnisation des architectes

Pour un concours sans suite, le règlement prévoit l’indemnisation des architectes gagnants. Aussi, les quatre premiers groupements d’architectes ayant remporté le concours relatif à la conception architecturale du grand stade de Casablanca (prévu à Sidi Moumen) devront être rétribués par le ministère de la Jeunesse et des Sports.Bouchra SABIB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc