×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Essaouira
Une course de barques pour valoriser les pêcheurs

Par L'Economiste | Edition N°:3380 Le 11/10/2010 | Partager

. 5 primes de 1.000 à 5.000 DH. Conditions de travail difficiles, faibles revenus …Les pêcheurs d’Essaouira se sont affrontés le week-end dernier! La course annuelle de barques a été organisée à l’initiative de l’Alliance franco-marocaine d’Essaouira. Pour cette deuxième édition, 7 barques ont participé au concours. «L’année passée, nous avions eu 14 barques inscrites et 8 ont finalement participé. Cette année, nous avons réduit le nombre maximum d’inscription à 10, pour des questions de sécurité et nous avons finalement eu 7 participants», indiquent les organisateurs. La compétition a débuté par une course à pied sur le sable jusqu’aux embarcations maintenues dans l’eau. Ensuite, le parcours marin a consisté à contourner deux bouées dans la baie. Ces deux bouées ont été contrôlées par un jury situé en mer, et qui pouvait porter immédiatement secours si nécessaire et s’assurer du bon déroulement de la course.L’objectif principal de l’événement est de valoriser le statut des hommes de la mer. «Les pêcheurs sont l’âme d’Essaouira. Il faut donc reconnaître leur travail, mais aussi les difficiles conditions dans lesquelles ils exercent leur profession», poursuivent les organisateurs. Parmi les principales difficultés du métier, mentionnons d’abord les faibles revenus. D’après certaines sources, les pêcheurs gagnent en moyenne 50 à 65 DH la journée, mais selon d’autres sources, la situation est pire. «Si l’on divise nos revenus annuels sur les 12 mois, on obtient à peine 18 DH par jour, étant donné que les conditions climatiques ne nous permettent de travailler que quelques mois par an. Et tout cela sans couverture sociale», indique un pêcheur. Autre problème pointé du doigt, la rareté du poisson. Les chiffres confirment cette baisse des prises: entre 2002 et 2009, la quantité annuelle de poisson pêché est passée de 11.415 tonnes à 8.310 tonnes.A l’issue de la course, cinq prix sous forme de chèques ont été remis aux gagnants: le premier prix d’un montant de 5.000 DH, le deuxième de 4.000 DH, le troisième de 3.000 DH. Un prix spécial de la plus jolie barque (de 1.000 DH) et un prix spécial du fair-play (1.000 DH) ont également été attribués. La remise de ces prix a pris une valeur symbolique, car l’événement a également été une occasion d’apporter une aide financière aux pêcheurs. D’après les organisateurs, les pêcheurs sont demandeurs de plus d’événements de ce genre. «Une troisième édition aura donc lieu en 2011», assurent-ils.M. N. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc