×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Casablanca: Important projet de logement social à Hay Inara

Par L'Economiste | Edition N°:1431 Le 07/01/2003 | Partager

. Une pancarte à peine installée annonce le projet estimé à près de 300 millions de DH. Un souk à proximité du terrain pourrait gêner la réalisation des travaux. Un premier promoteur en avait déjà fait les frais quand des commerçants ambulants lui occupaient son terrainLa clôture est déjà réalisée sur le grand terrain devant abriter le projet et un bureau administratif est en cours d'aménagement. Initié par le groupe Addoha, le projet est prévu à Hay Inara (à quelques centaines de mètres de la faculté des lettres de Aïn Chock). Une pancarte est installée pour annoncer le projet, baptisé “Addaman”. Ce dernier est estimé à près de 300 millions de DH et devra créer 1.900 logements sociaux supplémentaires, explique Abderazzak Walia-Allah, directeur général adjoint du groupe. Le terrain est resté inoccupé depuis longtemps. Mais avec l'élargissement de la ville, plusieurs projets ont vu le jour. Sur un terrain mitoyen, une société immobilière (société Bonnes Nouvelles appartenant à Benkirane) a lancé depuis quelques années un grand chantier. Il s'agissait de la construction d'une résidence avec des magasins qui regardent sur le boulevard Al Qods. La première tranche de ce projet est déjà bouclée. Et les premiers habitants occupent leurs logements et quelques magasins y ont ouvert. Sur ce terrain existait auparavant un grand souk informel qui attirait des commerçants ambulants, dont des MRE. Ces derniers exposaient des produits de toute sorte (neufs et d'occasion). La société immobilière avait eu du mal à les évacuer. Elle a fait appel à maintes reprises aux autorités. Finalement, le souk s'est considérablement réduit et n'occupe plus qu'une petite parcelle de terrain où est prévu encore un autre projet immobilier. Seuls les vendeurs de fruits, légumes, oeufs, poisson… y sont restés. Selon les responsables du groupe Addoha, ce souk ne poserait aucun problème. En attendant le lancement des travaux, les vendeurs ambulants continuent leur activité à même la chaussée devant la clôture. Dans tous les cas, le souk devrait disparaître après l'assainissement foncier des terrains de cette zone. C'est ce qui rassure le groupe Addoha qui ne compte pas revenir sur son calendrier et ses objectifs en termes du nombre de logements sociaux à réaliser. Surtout que les promoteurs sont liés par convention avec l'Etat dans le but de réaliser 2.500 logements sociaux sur les 5 prochaines années. Et c'est dans ce contexte que le groupe Addoha veut lancer son projet immobilier. La clientèle ciblée appartient aux catégories des instituteurs, ouvriers, commerçants, employés et professions libérales. Cette diversification est de nature à faire varier le tissu social et d'éviter la constitution de “ghettos monocouches”, commentent les responsables d'Addoha. Au départ, le groupe voulait construire 2.120 logements sur le site. Mais après des négociations avec l'Agence urbaine, le nombre a été réduit à 1.900 logements. C'est pour respecter les normes sécuritaires en matière d'habitat. A noter que le projet prévoit des espaces verts et des terrains de sport. Les appartements seront commercialisés à partir de 200.000 DH pour des superficies variant entre 60 à 65 m2. Les acheteurs doivent faire une avance de 25.000 DH pour les fonctionnaires et 40.000 DH pour les employés du secteur privé. Le crédit bancaire peut aller jusqu'à 150.000 DH avec un taux d'intérêt de 6,5%. La durée de remboursement peut aller jusqu'à 25 ans.A. J.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc