Régions

Boujdour: Un nouveau port pour booster la zone

Par L'Economiste | Edition N°:3476 Le 01/03/2011 | Partager
Un investissement de 350 millions de DH
Une économie basée sur la pêche

LE nouveau port de Boujdour est un chantier structurant pour la ville. D’autant plus que celle-ci dépend principalement des ressources halieutiques, notamment les activités à l’exportation. En effet, l’économie urbaine de la ville est étroitement liée à la pêche. A la base de ce renouveau industriel, les infrastructures portuaires qui accueillent la nouvelle zone industrielle. A terme, le port et les aménagements annexes modifieront le paysage urbain, donc la corniche, les flux de transport notamment touristiques, et animeront la vie économique et sociale.
L’enveloppe budgétaire allouée au nouveau port est de 350 millions de DH. La consistance du projet comprend, entre autres, la réalisation de deux quais équipés en bollards, défenses, organeaux et échelles de sauvetage. Des appontements flottants pour l’amarrage des bateaux de pêche seront aussi réalisés de même qu’un plan incliné pour la mise à sec et la mise à flots des bateaux de pêche y compris terre-plein avec remblais. D’un autre côté, des travaux de viabilisation des terre-pleins seront entrepris. Ils concernent notamment les terrassements et réseaux de voiries; le réseau d’assainissement des eaux pluviales et des eaux usées avec une station de refoulement. L’alimentation en eau potable, électricité et raccordement au réseau téléphonique sera aussi assuré.
Pour ce qui est de l’état d’avancement des travaux, l’ouvrage de protection et d’accostage est achevé tandis que les travaux de viabilisation seront en prévision achevés à fin avril 2011. Concernant la halle aux poissons, elle a nécessité un montant de 27 millions de DH et sera prête fin juin 2011.
En plus du port de Boujdour, l’Agence du Sud avec ses partenaires a d’autres investissements dans le cadre du Plan de développement urbain (PDU) et avant le PDU. Ainsi, plus de 1 milliard DH d’investissement public ventilé sur plusieurs structures. Pour exemple, la construction d’un espace associatif pour 3 millions de DH, l’aménagement de la Place de la Bataille pour 5,8 millions, une piscine municipale couverte (5,6 millions), Dar Attaliba (3,8 millions), la gare routière (5,5 millions), l’aménagement du souk (7,5 millions)… Il faut signaler que ces différents projets sont achevés.
Par ailleurs, l’appui à l’auto-construction au profit des ménages issus des campements subventionnels a nécessité un budget de près de 80 millions pour près de 2.500 ménages recensés. Les travaux de voirie, l’éclairage public et le revêtement des trottoirs ont quant à eux nécessité près de 58 millions et sont achevés.

De notre correspondante,
Fatiha NAKHLI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc