×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    BMCE, une valeur qui emballe le marché

    Par L'Economiste | Edition N°:443 Le 15/02/1999 | Partager

    Bonnes perspectives de croissance pour BMCE Bank qui doit tirer profit de sa restructuration et de sa réorientation stratégique. En bourse, le titre n'intègre pas suffisamment la croissance attendue des résultats. L'étude de Wafabourse.

    Recommandation à l'achat du titre BMCE. Les analystes semblent unanimes quant aux perspectives de la banque commerciale.
    Dans une dernière étude élaborée par Wafabourse, les analystes mettent encore une fois l'accent sur la décote du titre par rapport à son cours théorique. L'évaluation de la valeur par différentes méthodes (valorisation des fonds propres et comparaison boursière) fait ressortir une décote de 19%.

    «Leader 2000»


    Autre argument avancé, les bonnes perspectives de développement de la banque. "Au cours de la période 1998-2000, la BMCE devrait tirer profit de ses trois années de restructuration et de réorganisation ainsi que de son plan de développement ambitieux", explique l'étude.
    Ce plan, dénommé "Leader 2000", permettrait, selon les analystes, d'améliorer aussi bien quantitativement que qualitativement l'encours de la banque. Il devrait aussi compenser la lamination des marges d'intermédiation (de 6% en 1997 à 5,5% en l'an 2000) par la diversification des produits d'exploitation.
    Selon les estimations de la société de bourse, les dépôts et les crédits croîtraient respectivement de 9 et 8% entre 1998 et 2000.Par ailleurs, la qualité de portefeuille devrait s'améliorer de façon considérable. Le taux de contentieux se stabiliserait, d'après Wafabourse, autour de 6,5% au cours des prochaines années. "La mise en place de structures visant à perfectionner l'analyse de la qualité des risques devrait contrebalancer partiellement l'effet de la mise à niveau des entreprises qui risque de dégrader la qualité du portefeuille client", est-il souligné.A l'instar des autres institutions, la BMCE compenserait également ce manque à gagner par l'accroissement des commissions.
    D'ailleurs, elle a mis l'accent sur les produits rémunérateurs de commissions (tels que ceux du commerce extérieur) dont la part dans le produit net bancaire passerait de 36% en 1997 à 48% en l'an 2000.
    A cela s'ajoutent une diversification des revenus d'exploitation et une meilleure maîtrise des frais généraux. La banque commerciale a ainsi enclenché un processus de restructuration qui devrait se poursuivre en 1999.

    Contenir les charges


    Elle a racheté 27% des parts de la BCM dans Maghrébail, portant ainsi sa participation dans la société de leasing à 39%. Autres opérations notables: l'achat de la part du Crédit Lyonnais dans Interfina (14,3%) et la cession de sa participation dans Moussahama.Côté maîtrise des frais, l'établissement procède à un redéploiement et une restructuration du personnel qui devrait se traduire par des charges de plus en plus contenues. Le coefficient d'exploitation devrait ainsi s'établir à 49% en l'an 2000 eu lieu de 54% en 1997.

    Youssra MAHFOUD

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc