×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Bac: Un examen blanc très contesté

Par L'Economiste | Edition N°:1762 Le 06/05/2004 | Partager

. Les élèves affirment avoir été pris de court . Et les enseignants déplorent leur mise à l’écart Quatre ans après son entrée en vigueur, la Charte nationale de l’éducation et de la formation n’en finit pas de surprendre. Le bac blanc que les bacheliers sont en train de passer depuis mardi suscite quelques mécontentements. “Nous étions pris de court car la circulaire sur l’examen est arrivée seulement 10 jours avant la date de l’épreuve”, affirme Badr Eddine, élève au lycée Moulay Youssef à Rabat, à la sortie d’un examen de maths de 3 heures. Les témoignages recueillis concordent pour dire que le timing est mal choisi. Même l’administration des établissements scolaires n’aurait pas été avisée dans des délais convenables. Ce qui préoccupe le plus Badr Eddine et ses camardes, c’est le risque de voir les résultats de l’examen blanc pris en compte. “Si c’est vrai, nous avons en effet des raison de nous inquiéter”, ajoute Abdelakder, un redoublant.Pour l’heure, Ahmed Lmachtali, directeur du lycée, dément ce qu’il qualifie de rumeurs. “Aucune note de l’examen expérimental ne sera prise en compte”, affirme-t-il. Quel est donc l’intérêt de ces examens ? Il s’agit d’une sorte de première évaluation avant l’examen final dont les résultats constituent 50% de la note finale. La tutelle a estimé nécessaire de sonder le niveau des élèves et éviter éventuellement une autre année catastrophique en terme de taux de réussiteQualifié de désolant, le taux de réussite a à peine frôlé le seuil de 37,7% contre 64% enregistré en 2001-2002. Les chiffres sont alarmants car le nombre de candidats a enregistré une hausse de 35,66% par rapport à la session de 2002. Le chamboulement du système des examens était le principal incriminé. La dernière année scolaire a été marquée par la mise en place d’une nouvelle procédure qui comporte un examen normalisé au niveau national en deux sessions ordinaires. Une session de rattrapage a été instaurée pour les élèves ayant une moyenne générale comprise entre 8 et 9,99 sur 20. Faut-il pour autant critiquer cette réforme? Pour cet enseignant, “notre tâche se limite à recevoir les circulaires, et les exécuter”.En effet, les enseignants ont à maintes reprises dénoncé leur mise à l’écart. Se trouvant aux premières loges, ils estiment être les plus à même d’identifier les problèmes du système éducatif. Les enseignants ne sont pas les seuls à se plaindre. “Nous avons l’air de devenir des pantins avec ces aménagements de dernière minute que l’on décrète chaque fois qu’une chose tourne mal”, se lamente Chadine, une lycéenne redoublante aussi. Celle-ci n’hésite pas à descendre en flammes le nouveau système. Le manque de sensibilisation et de communication autour des principes de la réforme est une autre pierre d’achoppement.


Forums, à quoi bon?

Il y a deux semaines à peine, le ministère de l’Education et de la Jeunesse a lancé les forums de la réforme. Le ministre avait promis que ces rencontres ne seront pas des manifestations pour parader mais des rencontres de réflexion sur le devenir de la réforme. Pour un participant à ce forum, “nous étions invités à participer à ces forums mais aucune solution palpable n’a été retenue pour donner de l’impulsion au système éducatif”.Amal BABA ALI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc