×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Al Hoceima/Projet Souani: La CGI revoit sa copie

Par L'Economiste | Edition N°:3181 Le 30/12/2009 | Partager

. L’acceptabilité environnementale n’a pas été accordée . Les travaux à l’arrêt depuis juin 2009Le projet touristique Souani, l’un des piliers de la «Vision Al Hoceima 2015», est toujours dans l’impasse. La Compagnie générale immobilière (CGI) en charge du projet fait face à de vives contestations de la part des habitants de la région (cf. www.leconomiste.com). Pour pouvoir reprendre les travaux, à l’arrêt depuis juin dernier, la compagnie a dû revoir ses masters plans. Le comité de suivi du projet, constitué de natifs de la région, avait réclamé que des fouilles archéologiques soient effectuées avant le début des travaux. La zone du projet étant située sur un site archéologique (ancienne ville d’Almazama) dont les délimitations ne sont pas clairement définies. M’hammed Mrini, directeur du pôle tertiaire de la CGI, avait déclaré à l’Economiste qu’«une zone de réserve de 4 hectares a été prévue». Dans la dernière copie de la compagnie cette zone de réserve est passée à 9 hectares, et la CGI financera des fouilles archéologiques à hauteur de 1,1 million de DH. Le ministère de la Culture devrait dépêcher 7 archéologues sur le site et nommer un conservateur. «Cette opération prendra au moins 2 mois», affirme Al Jattari, archéologue de la région. Ce qui ne risque pas d’arranger les affaires de la CGI. En effet, en plus du retard déjà pris, la compagnie n’arrive toujours pas à obtenir d’acceptabilité environnementale. Une demande d’acceptabilité formulée par la CGI a été examinée à trois reprises par le Comité national des études d’impact (CNEI), en décembre 2008, puis en février 2009 et, enfin, en novembre dernier. Les réponses du CNEI ont toutes versé dans un seul sens : un avis favorable sous réserve que la CGI fournisse des études complémentaires. Selon des sources proches du dossier, une quatrième demande a été déposée auprès du CNEI, le verdict devrait tomber le 30 décembre. En attendant, une réunion technique s’est tenue lundi entre le comité de suivi du projet Souani et la CGI. Cette dernière doit présenter ses nouveaux plans aux habitants de la région. Le coordinateur du comité, Dr El Ghelbazouri, annonce déjà que certains points posent toujours problème. «Le volet immobilier du projet est clair, mais pas le volet touristique», s’inquiète El Ghelbazouri. Et d’ajouter : «aucun partenaire (tour opérateur, service aéroportuaire, agence de vacances…), et aucune enseigne d’hôtel ne figurent dans le projet de la CGI». Contacté par l’Economiste, le directeur du pôle tertiaire de la CGI, est resté injoignable. Aïcha AKALAY

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc