×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Agadir: Le Sifel ferme sur fond de polémique

    Par L'Economiste | Edition N°:2170 Le 13/12/2005 | Partager

    . Le départ impromptu du wali lors de la cérémonie d’ouverture crée l’événementLe Salon international de la filière fruits et légumes (Sifel), qui s’est tenu en fin de semaine dernière à Agadir, n’a pas désempli. Selon les organisateurs, qui ne disposaient pas encore lors de la clôture de chiffres officiels, le nombre de visiteurs a dépassé les 20.000 personnes, bien plus que ce qui était attendu. Une affluence qui a offert maintes opportunités à bon nombre de participants, pour la plupart satisfaits de l’organisation, sans oublier l’impact sur le secteur et la ville en matière de promotion. Malgré ce succès, la rencontre a laissé un goût amer chez les représentants de l’Association des producteurs exportateurs de fruits et légumes (Apefel) et notamment chez son président, Abderrazak Mouisset. Celui-ci a déploré l’absence du ministre de tutelle. Mais plus que cette défection, ce que désapprouve le plus le représentant des producteurs c’est le départ impromptu et non moins remarqué de Rachid Filali, wali du Souss-Massa-Draâ. Ce dernier a quitté le salon à l’issue du discours d’ouverture de Mouisset et n’a pas fait la tournée des stands. Une réaction qui a surpris les participants et a donné lieu à de multiples versions. Certains, connaissant l’appartenance politique de Mouisset, sont allés même à se demander si ce n’était pas là un règlement de compte USFP-Istiqlal, sachant que le wali est membre de ce parti. Ceci bien que, depuis sa nomination, ce dernier n’ait jamais affiché cette étiquette. En tout cas, Rachid Filali ne donnera pas son avis sur la question. Contacté par L’Economiste au siège de la wilaya, il est resté injoingnable. Selon la version d’un de ses collaborateurs, qui préfère garder l’anonymat, l’attitude du wali aurait été provoquée par le discours revendicatif de Mouisset. Des paroles qui auraient été considérées par le wali comme une critique à l’égard du gouvernement. Le wali aurait même signifié au président de l’Apefel que ce n’était pas le lieu pour mener un tel discours. Pour Mouisset, celui-ci n’avait rien de critique pour le gouvernement. “J’ai seulement invité les politiques à s’engager dans une vraie politique agricole’’, précise-t-il. “Mon message avait également pour but d’interpeller le gouvernement et les professionnels sur l’importance de mener à bien les prochaines négociations avec l’Union européenne et l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Il ne faut pas non plus oublier la prochaine conférence des ministres qui se tiendra du 13 au 18 décembre à Hong Kong’’, renchérit l’agriculteur.De notre correspondante, Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc