×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Enquête

Adieu patrons, bonjour coach

Par L'Economiste | Edition N°:433 Le 01/02/1999 | Partager

L'intervention d'un conseil classique n'est plus suffisante pour sortir une entreprise des difficultés. Les dirigeants font de plus en plus recours au coaching pour prendre du recul. Daniel Cohen, lui-même coach, explique sa mission.

Patrons attention, tout se passe dans vos têtes. Ne paniquez surtout pas face à un problème, fût-il complexe, car votre attitude se projette dans la réalité et rend toute solution encore plus compliquée.
C'est à ce niveau que le rôle du coach devient capital. A lui d'aider le décideur à reprendre confiance en soi, à ne pas se focaliser sur l'obstacle, souligne Daniel Cohen devant un parterre de cadres d'entreprises venus l'écouter au dîner-débat sur le coaching organisé par Convergence Conseil le 28 janvier dernier à Casablanca.
Cependant, le succès du coach dépend de l'adhésion "pleine et authentique" du coaché. Ce pari de la confiance représente un minimum sans lequel sa mission est vouée à l'échec. Tous les dirigeants ne sont donc pas "coachables", notamment ceux qui ne sont pas capables de se remettre en question. La présence d'un coach exige une sacrée dose d'humilité de la part des chefs d'entreprise. A l'inverse, il est des situations où elle peut servir d'alibi au dirigeant.
A noter que la cible du coaching ne se limite pas au top management de l'entreprise, loin s'en faut; elle peut concerner l'ensemble des niveaux d'encadrement d'une organisation. Le coaching suppose une bonne connaissance du fonctionnement humain, de l'entreprise et un sens psychologique et savoir poser de bonnes questions. Les grandes entreprises font appel à des spécialistes pour former des coachs internes. Dans leur position, leur DRH peuvent aussi jouer le rôle de coach, mais toute la difficulté est de prendre de la hauteur, car ils sont en position de juge et partie.
M. Cohen, qui a coaché plusieurs dirigeants et des équipes de direction de grands groupes internationaux (il dirige le cabinet Mediator International), sait de quoi il parle. Il précise d'avance que "le coaching n'est pas une nouvelle thérapie de management".

Nid de conflits


L'idée de base consiste à réfléchir avec le dirigeant sur des solutions à des problèmes. En cela, le coaching touche forcément le processus mental, explique-t-il.
Mais pour autant, le coach n'est pas un gourou, fait-il remarquer. Dès le départ, il doit se fixer des objectifs et son intervention doit être limitée dans le temps. Il s'agit d'accompagner le manager à prendre de distance et à lâcher prise sur un certain nombre de privilèges et d'acquis antérieurs, quitte à se montrer provocateur pour créer une rupture dans ses comportements, suggère M. Cohen.
A la différence du conseil classique, le coaching est basé sur une réalité concrète. C'est un échange réciproque avec le management de l'entreprise, alors que le consulting traditionnel, lui, définit une stratégie "qui n'est pas une appropriation du dirigeant". La voie ainsi tracée est "parachutée" à l'ensemble de la structure. Le risque majeur de frustrer une partie de l'encadrement est grand et de faire émerger une pluralité des visions au sein de l'entreprise qui se transforme en un nid de conflits. Le coach est là pour écouter, faire écho, pointer les incohérences du dirigeant et lui faire partager d'autres expériences. C'est l'entreprise qui doit manager le conseil et pas l'inverse. Le coaching est une approche au carrefour duquel se croisent plusieurs spécialités: psychologie, conseil en communication, comportementalisme et accompagnement sur le terrain.
Soumis à une double pression des actionnaires exigeant toujours plus de dividendes et la tourmente de la mondialisation, les dirigeants éprouvent de plus en plus le besoin de s'entourer d'un coach, "qui ne doit pas hésiter à poser des questions qui dérangent", alors qu'un conseil classique, lui, prône des solutions.

Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc