×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Acier: Levée de boucliers des pays visés par la surtaxe américaine

Par L'Economiste | Edition N°:65 Le 04/02/1993 | Partager

La décision américaine de surtaxer les importations d'acier plat, annoncée Mercredi 27 Janvier, a provoqué une vague immédiate de protestations. Effectivement, les dix-neuf pays producteurs d'acier fournisseurs des Etats-Unis visés par cette disposition ont vivement réagi.

Même si cet acte protectionniste n'est qu'une proposition du Département au Commerce, nécessitant encore l'aval de la Commission pour le Commerce International, l'acier débarqué aux Etats-Unis doit supporter une taxe nouvelle.

Concrètement, le Département du Commerce américain a décidé, à la suite de plaintes pour dumping des principaux fabricants d'acier du pays, d'imposer des droits de douane punitifs (compris entre 10 et 150%) sur 60% des aciers importés. soit l'équivalent de 2,6 milliards de Dollars.

Dès Mercredi soir, la Commission européenne a dénoncé les mesures américaines qui frappent sept des pays membres de la CEE.

M. Léon Brittan, le nouveau commissaire européen chargé des Affaires Internationales, a déclaré que cette rétorsion "injustifiée et tout à fait disproportionnée" serait portée devant le Gatt. "Si l'administration américaine s'engage sur la voie du protectionnisme, des mesures de rétorsion se révéleront nécessaires en Europe", a menacé M. Pierre Bérégovoy.

Une réaction jugée brutale par M. Jacques Attali, président de la BERD. "C'est désolant, on ne répond pas au protectionnisme par le protectionnisme. C'est l'engrenage des années trente", a-t-il fait remarquer.

Le ton des condamnations formulées par le Brésil, le Japon et l'Allemagne est similaire.

Le Brésil a donné de la voix en saisissant, Jeudi, le conseil du Gatt qui se réunira le 9 courant.

A Tokyo, les Ministères des Affaires Etrangères et du Commerce Extérieur et de l'Industrie ont indiqué qu'une étude de conformité de cette décision avec les règles du Gatt était en cours. Pour rejeter les accusations de dumping, ils ont également diffusé des communiqués. Le président de la Fédération allemande de l'industrie de l'acier a noté de son côté qu'"avec cette décision, l'Amérique s'éloigne encore un peu d'une bonne tradition. Pendant des décennies, les Etats-Unis étaient les plus importants garants d'un libre commerce fait remarquer mondial".

La décision de Washington met en lumière la situation du marché de l'acier.

Chute des prix de 20%, suppressions d'emplois, réductions de production et guerre commerciale menacent en effet de plus en plus la sidérurgie mondiale.

En Europe, les premiers signes d'affaiblissement sont apparus dès 1990, mettant fin à cinq années de redressement.

Craignant que la crise actuelle soit encore plus grave que la récession qui avait secoué la sidérurgie au milieu des années 70 jusqu'au milieu des années 80, le lobby des sidérurgistes européens avait demandé à Bruxelles, en Octobre dernier, l'application des mesures de crise prévues parle "vieux"traité de la CECA.(1)

(1) Cf L'Economiste du Jeudi 22 Octobre 1992 (n°50), p. 28

Synthèse réalisée par Hakima EL MARIKY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc