×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Spécial Immobilier

Enfin une détente à Tanger

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4813 Le 14/07/2016 | Partager
Des corrections de 10 à 15% selon les quartiers
Les ventes ont nettement baissé dans l’économique
tanger_4813.jpg

La moyenne pour l’ensemble de la ville tend vers 10.000 dirhams le m2 avec des pics à 12.000 DH sur certains quartiers huppés (Ph. Adam)

Peu d’opérateurs veulent l’admettre, mais c’est bien la réalité: les prix de vente de l’immobilier ont connu une baisse perceptible ces derniers mois à Tanger. Des corrections qui oscillent entre 10 et 15% des prix pratiqués, selon plusieurs intermédiaires et agents. La raison: l'offre dépasse de loin la demande. Du coup, depuis l’automne dernier, le prix du mètre carré a nettement chuté à Tanger. Même si la baisse n’est pas homogène, elle varie d’un quartier à l’autre et selon le type de bien ainsi que la qualité de l’immeuble. En effet, certains appartements avec vue imprenable sur mer à la corniche de Tanger (qui avaient atteint ou même dépassé les 20.000 DH le mètre carré au plus fort de la bulle immobilière) n’ont pas vu leur prix baisser. L’offre était très limitée et la majorité des unités ont trouvé acquéreur en un temps record. C’est le cas aussi de plusieurs ensembles résidentiels bien placés du côté de Mnar (à la périphérie de la ville sur la route menant vers Ksar Sghir) et qui ont trouvé acquéreur à plus de 3 millions de DH pour une superficie ne dépassant pas les 200 mètres carrés. 
Dans le moyen standing, les prix ont évolué légèrement vers le bas, à cause de la suroffre qui prédomine actuellement. Difficile de trouver un appartement neuf à moins de 8.000 DH/m2, pour ne pas dire impossible, selon plusieurs intermédiaires. La moyenne pour l’ensemble de la ville tend vers 10.000 dirhams le m2 avec des pics à 12.000 DH sur certains quartiers huppés comme Souk Bkar. 
La cherté est due essentiellement à la rareté des terrains constructibles en milieu urbain. Les nouveaux espaces ouverts à l’urbanisation devront permettre d’injecter de nouvelles offres, mais elles restent cantonnées au moyen standing si ce n’est pas le logement économique. 
Pour ce dernier segment, les prix ont tendance à baisser. En revanche, aucun dossier n’a été instruit en 2015. Ce qui est dû au tassement de la demande en habitat social, les opérateurs attendant d’écouler leurs stocks. A rappeler que lors des 5 dernières années, 52 projets résidentiels de ce genre ont été approuvés, soit l’équivalent de 75.000 unités résidentielles.
Le constat tombe tel un couperet, le secteur immobilier est encore grippé à Tanger. Selon les derniers chiffres, 2.429 dossiers ont été instruits en 2015. Le chiffre est en légère baisse par rapport à l’année précédente et reste loin des scores réalisés par le passé. C’était le cas en 2010 où il avait dépassé les 6.000 instructions. Même si ces chiffres reflètent des intentions et non des réalisations concrètes, il n’en reste pas moins qu’ils donnent une idée précise sur la tendance actuelle. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc