×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Le Bouregreg continue à drainer des projets titanesques

Par | Edition N°:4727 Le 11/03/2016 | Partager
Il abritera la plus haute tour d’Afrique de 250 mètres de hauteur
Elle sera réalisée par le groupe BMCE Bank pour un investissement de 3 milliards de DH
Deux autres projets pour renforcer la destination culturelle de la capitale
Bouregreg Projets 027.jpg

La future tour du Bouregreg, dont les travaux ont été lancés par le Souverain, sera distinguée par une conception architecturale intelligente permettant une fonctionnalité optimale en termes d’espace et de consommation d’énergie (Ph. MAP)

Le Bouregerg, cette zone jadis marginalisée et servant de décharge, est devenu depuis le lancement du projet de son aménagement, il y a une décennie, la destination des grands investissements publics et privés. Après le grand théâtre de Rabat, le Souverain a lancé, mercredi dernier, les travaux de construction d’un projet titanesque. Il s’agit de la plus haute tour en Afrique de 45 étages et d’une hauteur de 250 mètres. Le projet sera réalisé par le Groupe BMCE Bank sur un terrain de 3 hectares situé sur la rive droite du Bouregreg pour un investissement estimé à 3 milliards de DH. Il s’agit d’un édifice d’une conception innovante qui s’inscrit dans l’engagement du Maroc pour le développement durable ainsi que le programme de Rabat, ville lumière.

Cette tour intégrera dans sa conception des technologies de nouvelle génération permettant une meilleure efficacité énergétique. Ainsi, «un tiers de la surface totale de la façade sera couvert de panneaux photovoltaïques devant satisfaire les besoins de la tour en électricité», est-il précisé. La conception de cette tour va lui permettre également de devenir un espace urbanistique et multifonctionnel avec une répartition intelligente selon les étages. Ainsi, elle «abritera un auditorium de 350 places, des services et des commerces au rez-de-chaussée et  une composante bureaux sur les 12 premiers étages». A cela s’ajoutent «une partie résidentielle du 13e au 26e étage (55 appartements) et un hôtel de luxe aux étages supérieurs. Alors que les quatre derniers étages seront réservés à des appartements de très haut standing. Selon les promoteurs du projet, les travaux devront être achevés vers fin 2019. Toujours sur le même site, le Souverain a lancé les travaux de deux autres projets qui vont renforcer la destination culturelle de la capitale du Royaume. Il s’agit de la Maison des arts et de la culture et la Bibliothèque des archives nationales du Royaume du Maroc. Les deux projets seront portés et pilotés par Wessal Capital. Par ces derniers, on vise «l'amélioration de l'accès de la population locale aux structures d'animation culturelle et artistique, avec tout ce qui en découle en termes de développement du potentiel intellectuel et des capacités créatives des jeunes». La réalisation de ces deux projets structurants va nécessiter la mobilisation d’un investissement de près 450 millions de DH dont 250 millions de DH pour la Bibliothèque des archives nationales du Royaume du Maroc qui sera réalisée dans le prolongement du grand théâtre de Rabat et jouxtant la grande place culturelle, est-il précisé. Elle aura «pour mission principale de valoriser les archives marocaines, à travers la mise à disposition d’archives numérisées accessibles au grand public». Au menu également, «l’organisation d’expositions thématiques sur le patrimoine documentaire, la formation et la sensibilisation aux métiers de la sauvegarde, ainsi que la restauration et la numérisation des archives». Cette structure sera construite sur quatre niveaux pour une superficie totale de près 15.000 m2 avec plusieurs espaces de valorisation, de consultation et de formation.

De son côté, la Maison des arts et de la culture sera développée sur quatre niveaux pour une superficie totale de plus de 14.000 m2. Ce qui va permettre d’aménager des espaces dédiés aux expositions et aux rencontres entre jeunes artistes et professionnels nationaux et étrangers. Sans oublier l’accompagnement et l’encadrement des jeunes talents. Par ce projet, on souhaite contribuer à la démocratisation de l'accès à la culture  et aux prestations artistiques. Les deux projets lancés vont certainement renforcer le pôle culture et loisirs de cette zone qui ambitionne de devenir le cœur battant de la capitale. Sur ce volet, il faut rappeler l’avancement des travaux du grand théâtre de Rabat dont le coût d’investissement avoisine 1,6 milliard de DH.

Mobilité

Pour assurer une bonne fonctionnalité de l’ensemble des structures projetées dans cette zone (culturelles, commerciales, sociales, résidentielles, touristiques, de loisirs…), l’Agence de la vallée du Bouregreg développe un programme de projets pour l’amélioration de la mobilité entre l’amont et l’aval et également entre les deux rives. Outre le réseau du tramway déjà en service, «les travaux sont en cours pour la réalisation de la rocade urbaine numéro 2», indique Lamghari Essakel, DG de l’Agence du Bourgereg. Et d’ajouter, les études sont en cours pour la  réalisation d’une trémie sous la voie ferrée côté Salé à quelques centaines de mètres de la future tour qui sera reliée à la rocade urbaine.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc