×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
Régions

Tanger: Les nuitées touristiques stagnent

Par L'Economiste | Edition N°:4722 Le 04/03/2016 | Partager
3% de chute pour 2015, l’international en baisse de 8%
Les nationaux sauvent la mise

Le secteur touristique tangérois traverse une période de perturbations avec une baisse des nuitées internationales de 8%. Le secteur national est là pour sauver la mise, mais il est limité aux périodes des vacances scolaires (Ph. Adam)
 

Le secteur touristique à Tanger ne réussit pas à renouer avec la croissance. Depuis plusieurs années, le nombre de nuitées stagne. En 2015, les nuitées dans les hôtels classés ont atteint un peu plus de 900.000 nuitées, soit une baisse de 3% par rapport à l’année précédente, selon les chiffres de la Direction provinciale du tourisme. Ce recul éloigne la ville d’un rêve qu’elle caressait depuis plusieurs années, dépasser la barrière psychologique du million de nuitées, une tâche qui s’annonce rude. Les touristes nationaux semblent fidèles au poste avec presque un demi-million de nuitées, en légère hausse de 2% par rapport à la période précédente et ce malgré une saison d’été marquée par le mois de ramadan qui s’est invité durant une bonne partie du mois de juillet, limitant les arrivées de cette catégorie de touristes.
Au niveau des touristes internationaux, la chute semble plus conséquente atteignant les 8%, soit 35.500 nuitées de moins qu’en 2014. En tête des arrivées, on retrouve les touristes espagnols dont le marché commence à reprendre du poil de la bête. Ils constituent l’essentiel des arrivées avec près de 25% du total des nuitées, suivis par les Français et les touristes issus des pays arabes. Britanniques, Américains et Anglais terminent le classement.  Cette prédominance du marché espagnol explique les efforts entrepris dernièrement par le Conseil régional du tourisme de la région pour la promotion des destinations du nord avec une importante présence dans les foires touristiques ibériques. La dernière en date a été le déplacement effectué lors de la dernière édition du Fitur où les professionnels de la région étaient présents en force pour renforcer ce marché, de nature acquis au Nord, selon un professionnel.
En effet, il profite d’un avantage géographique de taille, la proximité avec le sud de l’Europe, Espagne et Portugal en particulier. Cette proximité rend les déplacements plus faciles à entreprendre, par voiture même pour les Ibériques du sud. Pour ceux habitant plus au nord, des connexions aériennes fréquentes placent Tanger à moins d’une heure, ce qui permet des déplacements plus fréquents, surtout en week-end. Le marché portugais est lui aussi visé. Il est actuellement mal desservi par voie maritime, les voyageurs devant passer par Algésiras, mais le potentiel est là, et ce malgré une économie en convalescence chez le voisin lusophone.
 De notre correspondant,
Ali ABJIOU
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc