×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Analyse

Automobile
Le secteur supplante les phosphates

Par L'Economiste | Edition N°:4598 Le 01/09/2015 | Partager
Le secteur engrange 27,3 milliards de DH à l’export au 1er semestre
Avec près de 232.000 véhicules produits en 2014, le site Maroc conforte sa position à l’international
Les exportations marocaines sont traditionnellement tirées par les phosphates et dérivés ou encore l’agro-alimentaire. Une routine chamboulée au terme du premier semestre où le secteur automobile a engrangé 27,3 milliards de DH à l’export, dépassant ainsi les ventes des phosphates et dérivés (25,4 milliards de DH) au bout des 6 premiers mois de l’année. Le site Maroc a ainsi enregistré une hausse de 18% de ses exportations par rapport à la même période de l’exercice précédent (23,2 milliards de DH), soit l’équivalent de 4,2 milliards de DH. Des expéditions composées de câblage à hauteur de 11,1 milliards de DH, en hausse de 9,2% par rapport au premier semestre 2014 équivalent à 944 millions de DH. Le segment de la construction automobile n’est pas en reste avec une part à l’export qui a atteint 13,7 milliards de DH, soit une montée en régime de 24,5% entre janvier et juillet derniers pour une valeur de 2,7 milliards de DH. Mieux, en 2016, les professionnels, regroupés au sein de l’Amica, anticipent une amélioration significative de cette performance. «Au fur et à mesure du développement de l’intégration locale dans cette industrie, des produits, qui ne sont pas jusque-là répertoriés dans les statistiques de l’activité à l’export, le seront dès 2016», annonce Hakim Abdelmoumen, président de l’Amica. 
Une montée en régime du site Maroc confirmée aussi par les données de l’Organisation internationale des constructeurs d’automobiles qui estime la production marocaine à près de 232.000 véhicules en 2014, un chiffre en hausse de 38,5% par rapport à 2013. En témoigne, le trafic véhicules entre les ports de TangerMed et de Malaga qui a été multiplié par dix en l’espace de 2 ans. En 2012, le port andalou a réceptionné près de 4.000 unités, qui sont passées à plus de 42.000 véhicules lors de l’exercice précédent selon l’autorité portuaire de Malaga. Une dynamique qui continue, lors des trois premiers mois de l’année en cours, le trafic de véhicules à Malaga a enregistré une croissance de près de 25% par rapport à la même période en 2014, soit un total de 11.800 véhicules. Selon une étude de la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) rattachée au ministère de l’Economie et des Finances, le secteur automobile est considéré comme un des secteurs moteurs de l’industrie nationale. L’activité concentre un tissu industriel de plus de 152 entreprises réparties sur trois régions: Tanger (43%), Casablanca (39%) et Kénitra (7%). Selon la DEPF, le Maroc est le 2e producteur automobile au niveau continental, après l’Afrique du Sud, avec une part de 26% de la production africaine (636.519 véhicules). Une part qui ne représentait que 0,73% de la production mondiale en 2013. Un contingent qui tend à se renforcer, année après année, compte tenu de la montée en régime de l’usine Renault. «La filière a changé, les constructeurs ne gèrent plus la construction de bout en bout. Aujourd’hui, les donneurs d’ordres dispersent leurs commandes à travers le monde», explique Jawad Kerdoudi, président de l’Institut marocain des relations internationales (IMRI). Preuve en est que les chaînes de montage de l’unité de Melloussa ont dépassé la barre des 400.000 véhicules en mai dernier. Une production qui sera étoffée de 90.000 unités/an prévues chez PSA à partir de 2019.
Amine ATER      
 
 
               
 
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc