×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

«Night Walk», un long-métrage engagé à Hollywood

Par L'Economiste | Edition N°:4428 Le 25/12/2014 | Partager

Le réalisateur Aziz Tazi en compagnie de l’acteur Isaac C. Singleton Jr. («Pirates des Caraïbes», «Planète des singes»), considéré pour l’un des rôles principaux dans «Night Walk». Le casting compte également Sean Stone, fils de Oliver Stone, et Patrick Kilpatrick, vu dans «Minority report»

Ce premier long-métrage de Aziz Tazi s’inscrit dans une belle ambition, celle de changer l’image des Arabes et des musulmans dans le cinéma américain. A Hollywood, où il vit actuellement, ces communautés sont souvent stéréotypées, et les rôles tenus sont toujours le mêmes, un Arabe joue soit le cheikh milliardaire ou, dans un registre plus péjoratif,  le terroriste.
Ce jeune réalisateur marocain qui voue un amour au 7e art depuis sa plus tendre enfance s’est donné pour mission de redorer cette image en contribuant au cinéma américain à travers une vision plus positive des Arabes et des musulmans. Son objectif est de traiter une autre réalité que celle dépeinte par Hollywood. Il est d’ailleurs difficile pour les cinéphiles de citer des films américains qui accordent une image positive aux Arabes et aux musulmans. L’une des rares grosses productions l’ayant fait est «Kingdom of heaven» de Ridley Scott. Aziz Tazi raconte la difficulté qu’il a eu à trouver des producteurs pour son long-métrage. Après plusieurs rejets des maisons de production, c’est avec «360 Studios» qu’il démarre son projet, grâce au producteur britannique Keith Barrows, un vétéran de la Paramount,  et Tatyana Bulgakova, qui croient en son film.
Le jeune réalisateur partage son scénario avec les producteurs, séduits par l’histoire d’amour et de corruption entre les Etats-Unis et le Moyen- Orient de «Night Walk». Aziz Tazi n’en est pas à son premier film, lors de ses études à Centrale Paris, il réalise son premier court-métrage, un thriller psychologique intitulé «Imago». Il obtient son master à l’université de Berkeley sans jamais délaisser sa passion. Il contribue également au plus grand festival au monde de films arabes après le Moyen-Orient, le «Arab film festival».

A. B.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc