×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Oujda a son salon agricole

    Par L'Economiste | Edition N°:4426 Le 23/12/2014 | Partager
    Plateforme de promotion et transfert de nouvelles technologies
    Assurer une meilleure visibilité aux agriculteurs locaux

    Ce salon a pour objectif d’apporter des solutions aux problématiques qui entravent le développement des produits locaux, à savoir la qualité et la commercialisation

     

    La promotion des produits locaux passe d’abord par leur meilleure commercialisation. Et c’est la nouvelle approche prônée par la Chambre régionale de l’agriculture, les directions régionales de l’agriculture et du conseil agricole. Une stratégie de promotion pour rentabiliser les actions entreprises dans le cadre du plan Maroc Vert et qui peinent en matière de promotion commerciale et positionnement sur le marché. Pour répondre à cette attente, Oujda abritera du 25 au 28 décembre la première édition du salon régional des produits du terroir.
    Plus de soixante exposants sont attendus pour cette première édition qui sera marquée par la tenue de plusieurs ateliers et séminaires centrés sur les thématiques de la qualité. Même objectif pour l’espace dédié au conseil agricole qui aura pour tâche d’initier les petits agriculteurs aux bonnes pratiques de production et pratiques innovantes en matière de valorisation. Quant aux thématiques retenues pour les séminaires grand public, elles se rapportent à l’importance de l’organisation professionnelle pour le développement agricole durable, les facteurs influençant la qualité, les nouvelles approches de transfert, les économies en eau et les pratiques à consolider pour assurer l’attractivité des produits locaux: olivier, amandier, néflier, miel et viandes rouges. Les produits certifiés indication géographique protégée (IGP) seront exposés pour servir d’exemple et inciter les agriculteurs à une valorisation rationnelle de leurs produits. L’événement en lui-même constitue une occasion idoine pour le développement de l’agrégation et la promotion de l’investissement.
    «L’Organisation de ce salon table sur la mise en valeur des potentialités régionales et nationales, la mise en synergie des efforts des partenaires de développement des produits de terroir et la mise en place d’une plateforme de développement», précise-t-on auprès du comité d’organisation. De leurs côtés les agriculteurs ont souvent exprimé le souhait d’adhérer aux stratégies de valorisation pour dynamiser les ventes des produits émanant d’un territoire connu pour la diversité de ses produits. «Nous attendons beaucoup de cette foire pour développer des partenariats avec différents opérateurs et assurer une meilleure visibilité», précise Ahmed Mokhtari, agriculteur de la région.
    D’une superficie agricole utile de 760.000 ha, plusieurs cultures connaissent un meilleur sort grâce aux différents soutiens accordés dans le cadre du plan Maroc Vert. La clémentine de Berkane est une IGP depuis 2012. Les huiles d’olives de Driouch, El Aioun et Taourirt sont d’une qualité appréciable. De leurs côtés les amandes, les truffes, les nèfles sont en phase ascendante en termes de rentabilité.
    De notre correspondant,
    Ali KHARROUBI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc