×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Marrakech/tourisme
    La destination s’en sort bien

    Par L'Economiste | Edition N°:4426 Le 23/12/2014 | Partager
    Elle affiche une croissance cumulée -sur 10 mois- de 5%
    Les professionnels misent leur va-tout sur les nationaux et les touristes
    Le marché français, en baisse, inquiète les hôteliers

    Après avoir profité -pour trois jours- de la manne de la Coupe du Monde des Clubs, du festival et des grands événements, la ville se prépare aux fêtes de fin d’année,… A quatre jours de la Saint Sylvestre, certains hôteliers se frottent les mains: ils affichent déjà complet tandis que d’autres établissements, à l’Agdal, tournent avec 60% de taux d’occupation. Au vu des chiffres, Marrakech s’en sort très bien sur le plan touristique compte tenu du contexte actuel. La ville a achevé les 10 premiers mois avec une hausse de 5% pour ses nuitées, accumulant quelque 5,8 millions. Le taux d’occupation de ses hôtels a aussi augmenté de trois points par rapport à 2013 et de 5 points en remontant plus loin, jusqu’à 2010. Du côté de l’aéroport Marrakech Menara, les arrivées ont cumulé 3,5 millions. Un très bon score vu les baisses enregistrées après "l’effet Quai d’Orsay". Marrakech, locomotive du tourisme, avait démarré l’année avec une croissance 9%. Et ce trend haussier s'est effrité et a baissé à 5% sous l'effet combiné des amalgames autour du risque sanitaire lié au virus Ebola et de la situation géopolitique dans la région Mena, ainsi que du report de la Coupe d’Afrique des Nations, confirme Abderrafie Zouiten, DG de l’ONMT. Il faut dire aussi que le principal marché émetteur, l’Europe, connaît un contexte économique très morose qui s'est traduit par une réduction drastique des dépenses des ménages et une plus grande frilosité à voyager à l'étranger. Par marché, la baisse française inquiète les professionnels qui se mobilisent tous pour reconquérir les touristes de l’Hexagone durant les fêtes de fin d’année, mais au-delà aussi, avec des programmes d’animations pour tous les goûts et les bourses. Le même programme a décidé de faire un focus sur les touristes nationaux. Ainsi, le conseil régional de Marrakech prépare en concertation avec l’ONMT une grande action d’animation qui impliquera l’ensemble des hôteliers et qui coïncide notamment avec les vacances scolaires marocaines. Des week-ends de fêtes et de concerts seront programmés dans l’ensemble des établissements accompagnés de tarifs promotionnels. La ville touristique qui mise beaucoup sur les touristes nationaux, classés au deuxième rang des arrivées à Marrakech après les Français, souhaite ainsi présenter une offre adaptée à ce marché. D’ailleurs, la première animation destinée à ce marché est une coïncidence qui réjouit plus d’un. Il s’agit d’un match de football où s'affronteront en match amical le PSG (Paris Saint Germain) et l’Inter de Milano. En 2015, du sport encore avec le rendez-vous annuel du Marathon de Marrakech organisé par l’Association Atlas et qui arrive à drainer un grand nombre d’adeptes et surtout animer Marrakech.

    Les endroits où il faut être vu!

    En cette fin d’année, les hôteliers et les restaurateurs ne ratent surtout pas deux dates. D’abord, le 24 décembre ou quelques hôtels se mobilisent pour créer un marché de noël ou encore une patinoire pour rappeler les mois d’hiver. Mais c’est pour le 31 décembre que tous les établissements affûtent leurs armes et sortent le grand jeu. Il y en a pour tous les goûts: soirée cotillons, spectacle, dîner de Sylvestre très spécial comme chez Moha, soirée familiale au Palm Plaza, mini-concert en live dans les lounges comme l’Epicurien… Bref, l’offre est grande et les prix aussi. Il faudra débourser pour un dîner du 31 décembre entre 2.000 et 7.000 par personne et pour la soirée. Encore faut-il avoir réservé d’avance.

    B.B.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc