×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Message royal aux Tijanes réunis à Fès

    Par L'Economiste | Edition N°:4276 Le 15/05/2014 | Partager
    Un forum pour contrecarrer l’extrémisme aveugle et le séparatisme…
    Le Souverain appelle à la mise en œuvre de l’approche éducative du soufisme

    Dans son message, le Souverain a invité les pèlerins tijanes «à continuer à faire du Maroc leur destination en tout temps, à l’instar du fondateur de la confrérie», Sidi Ahmed Tijani, et dont le descendant, Sidi Mohamed Lakbir Tijani (au centre), a présidé aux côtés d’Ahmed Taoufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques, l’ouverture des 3es Assises des tijanes

    LE rideau a été levé hier sur les 3e Assises internationales des disciples de la Tariqa tijania qui se tiennent sur trois jours à Fès.
    La première journée a été marquée par un message royal adressé aux participants et traçant les grandes lignes des travaux de cette rencontre. Islam authentique, fraternité, tolérance, bon voisinage, coexistence, et développement de l’Afrique ont été les mots d’ordre de cette session inaugurale. «Nul n’ignore le rôle majeur que la Tariqa tijania a joué dans toute la région subsaharienne et le Sahel occidental, à l’Est, comme à l’Ouest, dans la diffusion de l’Islam authentique et la propagation des vertus morales qu’il prône. Nous savons comment ses adeptes se sont employés, avec  sincérité et dévouement, à extirper des milliers d’Africains du carcan mystificateur du paganisme et de l’idolâtrie, et à les soutenir dans leur résistance contre le colonialisme», souligne la lettre royale, lue par Ahmed Taoufiq, ministre des Habous et des Affaires islamiques.
    L’accent a été mis sur le rôle du Maroc  dans la préservation de la Tariqa tijania, le soutien du soufisme, et des «zaouïas», «tant qu’ils s’astreignaient à la voie de la sounna prophétique et de l’unité de la nation et de la communauté sous la direction de la Commanderie des croyants». «A celle-ci revient la charge de veiller à la préservation de la communauté du rite de la Oumma, de son unité nationale et son intégrité territoriale», précise le Souverain.
    La lettre royale insiste sur «la diffusion des valeurs prônant le juste milieu, la modération et la coexistence et favorisant le renforcement des liens de fraternité entre les Africains». Car, selon le Souverain, «cette fraternité constitue le socle inébranlable sur lequel reposent les édifices de coopération dans tous les domaines de développement humain en Afrique».
    Le message royal, lu devant plus de 1.000 cheikhs tijanes venus de 49 pays, a rappelé le rôle du«Commandeur des croyants» attaché à la protection de l’espace religieux, la consolidation des valeurs de tolérance et de modération prescrites par l’Islam, et «au rejet de l’extrémisme aveugle et de la politisation tendancieuse de la religion». «C’est cette démarche que nous essayons d’enraciner dans le Royaume, et que nous mettons en œuvre avec nos frères les chefs d’Etat africains», renchérit le Souverain.  «Nous avons à cœur de coopérer de façon constructive avec les pays islamiques frères, en vue de sceller les liens d’unité et de complémentarité entre nous, de récuser la discorde et les dissensions et de soutenir le bon voisinage avec nos frères maghrébins», ajoute-t-il.
    Le Maroc s’engage, avec détermination, dans «une optique unitaire résolue et dans une stratégie ambitieuse fondée sur la dynamisation du rôle du soufisme dans la dissémination de la sécurité spirituelle et la diffusion des valeurs d’amour et de concorde, loin du fanatisme et de la haine». En ce sens, la rencontre de Fès va engager des échanges de vues afin «d’élaborer des plans d’action pour une mise à niveau de l’éducation spirituelle à la lumière des nouvelles réalités…». Pour le Roi, «les sociétés musulmanes ont besoin, plus que jamais, du concours de tous les oulémas, théologiens, soufis et autres parties prenantes pour relever le défi de l’extrémisme aveugle et contrecarrer les démons du séparatisme et de la division». En clair, il faut «barrer la route aux chantres du radicalisme, du terrorisme, de la dissension, du démembrement et des doctrines mystificatrices». Pour y arriver, l’approche éducative du soufisme doit être revivifiée, grâce à la mobilisation des énergies spirituelles, le dialogue et l’échange d’avis. Ces assises, placées sous le haut patronage du Roi,  constituent une plateforme d’entente. Terre du savoir, Fès en profitera pour reconfirmer son rôle de capitale spirituelle.


    Y. S. A.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc