×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    Evénement

    Lagarde au CESE: Morceaux choisis

    Par L'Economiste | Edition N°:4272 Le 09/05/2014 | Partager

    «Avant de construire une belle nouvelle structure, nous devons nous assurer que les fondations sont solides. Il s’agit de prendre les bonnes décisions de politique budgétaire et de faire en sorte que les déficits n’entraînent pas une augmentation de la dette publique qui menacerait la stabilité structurelle», a souligné Christine Lagarde, DG du FMI.

    Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a été on ne peut plus clair. La progression des pays en transition, comme le Maroc, fait face à plusieurs challenges. D’où l’intérêt d’agir sur une série de leviers pour assurer une croissance économique durable. Emploi des jeunes, redynamisation des PME, et renforcement de la classe moyenne; sont autant de piliers à renforcer. Le gouvernement devra s’y atteler en toute urgence. Extraits du discours de Christine Lagarde devant les membres du Conseil économique, social et environnemental(1):

    ■ «Au bout du compte, la stabilité économique reste une priorité absolue. Mais elle n’est pas suffisante. Les pays arabes en transition font face aujourd’hui à une crise de l’emploi aux effets dévastateurs. Le taux de chômage global est de 13 % en moyenne. Chez les jeunes, il a plus que doublé et s’élève à 29%!»
    ■ «Dans le monde arabe, trois millions de jeunes arrivent chaque année sur le marché du travail. Cela peut être une chance ou une malchance. Le dividende démographique ouvre aux pays des perspectives de gains de productivité et de progression des revenus. Mais toute une génération pourrait partir à la dérive et être marginalisée, déchue de sa dignité, dépossédée de sa place dans la société».

    ■ «Les défis pour la prochaine étape de la transition sont clairs: comment créer une économie prospère et dynamique, porteuse de débouchés pour tous. La tâche est ardue. Il faudra doubler la croissance, aujourd’hui voisine de 3%, et aussi faire en sorte qu’elle crée bien plus d’emplois qu’aujourd’hui».

    ■ «Sur le plan économique, il s’agit de revitaliser la petite et moyenne entreprise du secteur formel. Le chemin qui reste à parcourir est considérable. Dans l’ensemble de la région, le nombre d’entreprises pour 1.000 habitants est le quart seulement de celui de l’OCDE et la moitié seulement de celui de l’Europe de l’Est et de l’Asie centrale».

    ■ «Dans beaucoup de pays, tels que l’Égypte, la Jordanie ou le Maroc, la part de la classe moyenne dans la richesse sociale est plus faible aujourd’hui qu’elle ne l’était durant les années 1960. Permettez-moi ici de parler franchement : les dividendes de la croissance ont bien trop souvent profité aux riches en laissant bien trop de personnes sur le côté».

    ■ «L’expérience internationale nous enseigne qu’une classe moyenne forte est nécessaire pour propulser l’économie, soutenir la consommation et investir dans l’avenir. La classe moyenne est le vivier d’entrepreneurs dont nous avons aujourd’hui besoin pour nourrir l’économie moderne».

    ■ «Il est clair que l’État doit se retirer de certains secteurs et s’impliquer dans d’autres. Il doit offrir moins de subventions généralisées et plus de dispositifs de protection sociale de base pour les plus déshérités. Il doit surtout réduire son rôle d’employeur pour devenir davantage un régulateur impartial et efficace dont le rôle principal est de promouvoir un environnement propice à l’épanouissement du secteur privé, la véritable source génératrice d’emplois».
    ■ «Aujourd’hui, dans trop de pays, l’État est trop envahissant, et le secteur public joue un rôle trop dominant. On attend toujours de lui qu’il soit l’employeur de premier recours: les jeunes diplômés universitaires aspirent à travailler dans la fonction publique, car les rémunérations sont bonnes, les prestations sont généreuses et l’emploi est assuré. Pourtant, là aussi, l’expérience internationale nous enseigne que cela ne conduit pas au dynamisme économique. Ce n’est pas le chemin pour une société plus juste et plus inclusive».

    ■ «Avant de construire une belle nouvelle structure, nous devons nous assurer que les fondations sont solides. Il s’agit de prendre les bonnes décisions de politique budgétaire et de faire en sorte que les déficits n’entraînent pas une augmentation de la dette publique qui menacerait la stabilité structurelle».

    ■ «Il faut promouvoir un environnement propice au secteur privé, avec une réglementation plus efficiente et une plus grande concurrence. Il y a beaucoup à faire sur ce front. Près d’un quart des entreprises dans les pays arabes en transition voient les démarches nécessaires à l’obtention des permis et licences comme une contrainte à leur activité. Cette proportion est la plus élevée au monde».

    ■ «Un environnement propice au secteur privé passe également par l’existence d’un financement adéquat. À l’heure actuelle, la région a le plus faible pourcentage au monde d’entreprises disposant de lignes de crédit ou de prêts, et moins de 10% des crédits vont aux petites et moyennes entreprises».

    ■ «Les barrières tarifaires et non tarifaires restent trop élevées dans la région. Je l’ai souvent souligné: une intégration commerciale plus poussée contribuerait à créer plus d’emplois et à rehausser les revenus. Elle augmenterait aussi les connaissances et le savoir-faire par le biais de l’investissement étranger».
    M. A. M

    __________________

    (1) Retrouvez l’intégralité de l’intervention de Christine Lagarde sur notre site.

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc