×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    La pomme de terre cherche débouchés à l’export

    Par L'Economiste | Edition N°:4238 Le 21/03/2014 | Partager
    Chute des exportations à moins de 30.000 tonnes
    Faibles valorisation et commercialisation, la R&D appelée à la rescousse
    L’Afrique, une opportunité pour le produit marocain

    Bien des efforts en matière de recherche sont à fournir pour rendre la pomme de terre marocaine compétitive à l’export, notamment face aux concurrents comme l’Egypte, Israël et l’Espagne. Il faudrait déjà démarrer par la création d’une association et profiter des opportunités offertes par le plan Maroc Vert

    LA pomme de terre est le légume préféré des Marocains qui en consomment quelque 40 kg par personne et par an. Toutefois, avec 1,4 million de tonnes par an sur une superficie de 60.000 ha,  la production arrive à peine à satisfaire les besoins locaux. En revanche, en matière d’exportation, la moyenne n’a cessé de baisser depuis une décennie, se situant à moins de 30.000 tonnes. Une quantité largement inférieure aux performances réalisées durant les années 80 et 90 avec un volume d’exportation qui dépassait alors les 100.000 tonnes par an. Une situation qui inquiète sérieusement les professionnels qui cherchent des solutions pour relancer leur filière à l’export, un des sujets phares de la conférence internationale organisée le 20 mars à El Jadida autour de ce tubercule. «Une mise à niveau de la filière s’impose pour permettre d’améliorer la compétitivité de notre pomme de terre tant au niveau qualitatif que quantitatif», fait observer Adardour Lahoucine, président de la Fifel (Fédération interprofessionnelle de production et d’exportation de fruits et légumes). Ainsi, il invite les professionnels à ne pas se limiter uniquement à produire et stocker ce légume dans les unités de conditionnement en attendant l’opportunité de l’écouler sur le marché local. Pour dépasser cette situation, le président de la Fifel recommande de trouver des solutions portant sur la valorisation de la pomme de terre que ce soit sur le marché local ou à l’étranger. Pour cela, il faudrait au préalable organiser la profession en mutualisant les synergies et tirer profit des opportunités offertes par le plan Maroc Vert. «Parmi les objectifs de la rencontre d’El Jadida, la création d’une association regroupant les professionnels de la filière de pomme de terre», indique le président de la Fifel. Ce qui va permettre la mise en place d’un plan d’action spécifique à cette filière afin de pouvoir au moins récupérer les marchés traditionnels. «Le Maroc ne réalise même pas 30% de ce que l’UE lui accorde», est-il précisé. Pour rappel, les grands concurrents du Maroc au niveau de la région sont l’Egypte, Israël et l’Espagne. Le premier dispose de disponibilités en terre et en eau qui font défaut au Maroc, alors que le secteur en Israël se distingue par une mécanisation poussée conjuguée au développement de la recherche scientifique. D’ailleurs, le président de la Fifel a insisté sur l’implication des instituts de recherche marocains dans le développement de la filière, à commencer par assurer une indépendance en matière de production de semences. «L’Afrique constitue une opportunité pour l’exportation de notre pomme de terre», avance Mohamed Al Haddadi, agrégateur de pomme de terre à Berkane. Selon lui, «près de 4.000 tonnes ont été exportées cette année vers quatre pays africains uniquement à partir de sa station à Zaio».


    Noureddine EL AISSI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc