×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie Internationale

Les minières argentifères optimistes pour 2014

Par L'Economiste | Edition N°:4171 Le 13/12/2013 | Partager
L’or sous le feu des projecteurs, l’argent et le cuivre malmenés
Une nouvelle étude de PwC donne les tendances
La maîtrise des coûts, une priorité pour les investisseurs

L’or a été particulièrement sous le feu des projecteurs cette année. Après avoir dépassé 1.900 dollars l’once en 2011, sa valeur a chuté autour de 1.200 dollars cet été. Les cours oscillent actuellement à peine au-dessus de ce montant dans un contexte où les producteurs d’or prévoient une année 2014 difficile, selon les experts de PwC

L’or, l’argent et le cuivre font partie des métaux du secteur minier les plus durement touchés en 2013. Cela est dû à un contexte de baisse des cours des matières premières et de chiffres d’affaires en berne, selon la nouvelle étude «Gold, silver and copper price report 2014» de PwC. Une crise de confiance s’est installée dans le secteur minier. «Même si 2013 a été une année difficile pour les sociétés minières, celles-ci ont confiance dans le fait que les cours sont revenus sur des fondamentaux pour se redresser. L’or, l’argent et le cuivre n’atteindront peut-être pas des niveaux record dans un futur proche, mais leur cours devrait s’améliorer dans un contexte de stabilisation de l’économie mondiale», selon Mariano Marcos, associé spécialiste des matières premières chez PwC.
- L’or, année difficile en 2014: Après avoir dépassé 1.900 dollars l’once en 2011, sa valeur a chuté autour de 1.200 dollars cet été et les cours oscillent actuellement à peine au-dessus de ce montant, dans un contexte où les producteurs d’or prévoient une année 2014 difficile. Seuls 47% d’entre eux s’attendent à un redressement au cours des douze prochains mois, contre 88% il y a un an, ce qui traduit un niveau de confiance en fort recul.
- L’argent déprime: C’est le métal qui a été le plus malmené cette année, avec une chute des cours de 40%. Toutefois, les sociétés minières argentifères sont optimistes pour 2014 et seules 9% anticipent un nouveau recul l’année prochaine.
- Le cuivre aussi: Le cours du cuivre a également baissé en 2013, passant de 3,70 dollars par livre en début d’année à environ 3 dollars actuellement, mais il devrait rester stable en 2014, car près de deux tiers des participants sondés par PwC (62%) envisagent un maintien au niveau actuel.
- Réduction et maîtrise des coûts: Deux tiers (66%) des sociétés minières désignent le pilotage de leurs coûts comme l’un de leurs impératifs opérationnels pour 2014. Plus de la moitié des sociétés minières (55%) déclarent que la recherche de financements constitue également l’une de leurs priorités. Par contraste, un cinquième des participants (20%) souhaite poursuivre leur stratégie de fusions et acquisitions. Sur le volet des ressources pour l’année à venir, 53% des sociétés minières envisagent de se tourner vers les marchés de capitaux pour augmenter leur capital, tandis que 29% s’orienteront vers les financements de projets et que 14% ont l’intention de recourir à l’emprunt.
- La Chine mènera le bal: «Pour encourager les investisseurs à s’intéresser de nouveau aux sociétés du secteur minier, il sera nécessaire qu’elles intensifient leurs stratégies de gestion stricte des coûts tout en poursuivant, mais de façon sélective et raisonnée, leurs investissements dans la croissance de la production», indique Mariano Marcos. D’après les prévisions, la croissance économique de la Chine devrait rester forte, compte tenu notamment de la poursuite du programme de réformes en cours : «elle représente un véritable soutien pour les sociétés minières qui poursuivent la vente de leurs matières premières vers la deuxième plus grande économie mondiale. En parallèle, la reprise économique progressive aux Etats-Unis devrait également dynamiser la demande de matières premières à long terme», tient à souligner l’économiste.
Fatim-Zahra TOHRY

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc