×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
Entreprises

La dépollution de la rive gauche du Bouregreg lancée

Par L'Economiste | Edition N°:4078 Le 19/07/2013 | Partager
Le Souverain a inauguré la station de prétraitement le 17 juillet dernier
Le coût global du système de dépollution dépasse les 950 millions de DH
Il faut maintenant s’attaquer à la rive droite

Enfin, le système de dépollution du littoral de Rabat et Témara est opérationnel. Le Souverain vient d’inaugurer, le 17 juillet dernier, la station de prétraitement qui constitue la dernière composante du système de dépollution de la rive gauche du Bouregreg ainsi que le littoral atlantique longeant Rabat et Témara. D’une capacité de traitement de 520.000 m3 par jour, le coût de réalisation de cette station avoisine les 160 millions de DH. Cette dernière est dotée de «trois dégrilleurs fins, une zone de récupération des déchets solides, six bassins de dessablage, de déshuilage et de dégraissage». A cela s’ajoutent «une unité de désodorisation et des pompes qui assurent le refoulement des eaux prétraitées vers la mer via l'émissaire maritime réalisé en 2009». D’une longueur de près de 2 km, ce dernier constitue une composante maîtresse du système de dépollution. Sa réalisation a nécessité la mobilisation d’une enveloppe de 530 millions de DH. Il faut aussi signaler «la mise en place d'un système d'intercepteurs qui permet la collecte de tous les rejets d'eaux usées existants, puis le transfert et le relevage des effluents vers un point de traitement. Ce dispositif est composé essentiellement de 18 kilomètres de conduites et de 6 stations de pompage. En total, la réalisation de ce système de dépollution a nécessité la mobilisation d’un investissement de plus de 950 millions de DH par la société Redal, chargée de la gestion déléguée des services d'assainissement liquide et de distribution d'eau potable et d'électricité au niveau des villes de la wilaya de Rabat. L’achèvement du projet de dépollution va certainement promouvoir la réalisation des investissements notamment dans les domaines de l’urbanisme et du tourisme au niveau de la région, selon Fathallah Oualalou, maire de Rabat. Rappelons que l’objectif principal du projet est d’améliorer la qualité des eaux de baignade pour qu’elles soient conformes aux normes d’hygiène et de santé en vigueur. Actuellement, près de 200.000 m3 d’eaux usées sont rejetées chaque jour dans le littoral au niveau de la wilaya de Rabat. Ce qui a contribué au mauvais classement des plages de cette zone qui constitue un handicap majeur pour le développement des projets touristiques.

Et Salé?

La situation ne s’améliorera pas avec l’achèvement du système de dépollution dans sa globalité comprenant aussi la rive droite du Bouregreg, qui s’étend de Salé jusqu’à Bouknadel. Il s’agit d’un système à l’identique de celui réalisé à Rabat. Rappelons que ce chantier a enregistré un retard important à cause du problème de la mobilisation du foncier pour la réalisation de la station de prétraitement. «On vient de débloquer le problème du terrain qui appartient au ministère de l’Agriculture», selon une source de Redal. Cette dernière précise que «les ouvrages d’interception, constitués de 8 stations de pompage et de 14 km d’intercepteurs, sont réalisés à hauteur de 80%. Les marchés sont en cours de préparation pour entamer les travaux de construction de la station fin décembre prochain, selon la même source. Pour les responsables de Redal, les efforts seront déployés pour que le système de dépollution côté Salé soit mis en service vers fin 2015. Le coût de l’investissement à mobiliser est estimé à 825 millions de DH.

N. E. A.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc